L’avenir des Thermes Parc de Val-d’Illiez en pleine incertitude

Les prochains jours s’annoncent cruciaux pour l’avenir des Thermes Parc à Val-d’Illiez. L’exploitation ...
L’avenir des Thermes Parc de Val-d’Illiez en pleine incertitude

L’avenir des Thermes Parc de Val-d’Illiez en pleine incertitude

Photo: KEYSTONE/MAXIME SCHMID

Les prochains jours s’annoncent cruciaux pour l’avenir des Thermes Parc à Val-d’Illiez. L’exploitation va stopper cette semaine et une partie des installations (les bassins, l’hôtel et les restaurants) sera vendue aux enchères mercredi 16 octobre.

Les Thermes Parc s’articulent autour de quatre sociétés distinctes, toutes en main du promoteur Richard Cohen. Outre celle citée, les autres concernent respectivement les appartements du site non vendus – on parle de plusieurs dizaines -, les parkings, ainsi que la source d’eau chaude. Ces trois autres sociétés anonymes ont été déclarées en faillite, cet été. Elles bénéficient toutes d’une période de sursis octroyée par le tribunal de district de Monthey. Ce dernier devra prochainement trancher sur le fond.

2018, un tournant

Pour le propriétaire, la situation, fragile depuis des années, s’est détériorée courant 2018. En octobre de l’an dernier, la société d’exploitation du site, MD Management & Développement SA, est sommée de rembourser un prêt octroyé par le canton du Valais de 2,5 millions de francs (crédit NPR), ainsi que huit millions à sa banque partenaire.

C’est l’institut bancaire qui a entamé une action légale. La vente du centre thermal et de son hôtel est ainsi devenue rapidement inéluctable. Une importante entreprise générale fait également partie des créanciers.

Une expertise diligentée

Le montant des bâtiments concernés par la vente aux enchères atteint à 22,1 millions de francs et les biens-fonds à 735'000 francs (valeur comptable), selon des montants parus au bulletin officiel l’automne dernier. Selon l’expertise diligentée à l’automne 2018 par l’office de poursuites et faillites du district de Monthey, la valeur de l’ensemble atteint 15 millions de francs.

La vente aux enchères, dont le montant ne pourra pas être inférieur à 2 millions de francs, a été agendée une première fois au mercredi 5 décembre 2018. Grâce à l’effet suspensif obtenu par le promoteur, celle-ci aura finalement lieu mercredi 16 octobre.

Quelques contacts

Selon nos informations, un ou deux discrets repreneurs pourraient être intéressés à investir dans le Chablais. On parle au moins d’un grand groupe thermaliste français. Une société alémanique serait également sur les rangs, selon Le Nouvelliste. Plusieurs intermédiaires avaient également pris langue avec la commune de Val-d’Illiez en 2018, afin de mieux cerner les atouts de la région.

Une mise en faillite des quatre sociétés du groupe par le tribunal de district de Monthey pourrait simplifier de futurs investissements. Dans le cas contraire, un éventuel repreneur devra cohabiter avec l’actuel promoteur, propriétaire notamment des sources d’eau chaude.

Selon une prérogative que lui a octroyée le service cantonal des contributions, la commune a choisi d’accorder une exonération fiscale totale sur le capital et le bénéfice (pas sur l’impôt foncier) pour la période 2007 à 2013, mais pas pour les années suivantes. Cet été, Richard Cohen avait plaidé un allongement de cette mesure. Sans trouver grâce auprès de l’exécutif local.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus