L'azote appauvrit la diversité des papillons suisses

L'azote atmosphérique provenant de l'agriculture, des transports et de l'industrie a une incidence ...
L'azote appauvrit la diversité des papillons suisses

L'azote appauvrit la diversité des papillons suisses

Photo: Tobias Roth / Universität Basel

L'azote atmosphérique provenant de l'agriculture, des transports et de l'industrie a une incidence négative sur la richesse et la diversité des communautés de papillons, notamment les espèces rares et menacées.

Dans la revue 'Conservation Biology', des chercheurs de l'Université de Bâle ont étudié la fréquence et la diversité des plantes et des papillons sur 383 sites en Suisse. Résultat: plus l'azote pénètre dans les habitats par voie aérienne, moins la végétation est dense et riche en espèces, et moins il y a de papillons.

En effet, la fertilisation à l'azote permet à certaines espèces végétales peu exigeantes de pousser plus vite que d'autres, qui sont envahies par la végétation et font de l'ombre. Ainsi, les habitats ouverts, chauds et secs deviennent plus frais, plus ombragés et plus humides.

'Certaines espèces de papillons, en tant que chenilles, ont besoin de certaines espèces végétales pour se nourrir, ou sont dépendantes d'un certain microclimat', a déclaré l'auteur principal de l'étude, Tobias Roth, de l'Université de Bâle, dans un communiqué de presse de l'établissement.

Un rôle-clé pour les papillons

L'apport d'azote, ainsi que l'intensification de l'agriculture, la fragmentation des habitats et le changement climatique, jouent probablement un rôle-clé dans l'évolution de ces insectes colorés, selon les chercheurs en biodiversité. En fait, plus de la moitié des espèces de papillons en Suisse sont considérées comme menacées ou potentiellement menacées.

Pour atténuer la perte de diversité, la gestion du paysage et de nouvelles améliorations techniques afin que moins d'azote atteignant les habitats peuvent être considérés comme des solutions partielles. Le comportement écologique des consommateurs est crucial, indiquent les chercheurs, afin que moins de gaz d'échappement des voitures s'échappent dans l'air et que l'élevage du bétail puisse être réduit.

Selon l'Office fédéral de l'environnement (OFEV), deux tiers des apports d'azote dans les écosystèmes sensibles sont dus aux émissions d'ammoniac de l'agriculture, tandis qu'un tiers environ provient des oxydes d'azote des processus de combustion.

https://doi.org/10.1111/cobi.13744

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus