L'ex-évêque Vitus Huonder enterré à Ecône, à côté de Mgr Lefebvre

L'ancien évêque de Coire Vitus Huonder, décédé au début du mois, a été enterré mercredi à Ecône ...
L'ex-évêque Vitus Huonder enterré à Ecône, à côté de Mgr Lefebvre

L'ex-évêque Vitus Huonder enterré à Ecône, à côté de Mgr Lefebvre

Photo: KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD

L'ancien évêque de Coire Vitus Huonder, décédé au début du mois, a été enterré mercredi à Ecône (VS), à côté du fondateur de la Fraternité St-Pie X, Marcel Lefebvre. Il n'a jamais caché son orientation traditionaliste, chère à la société de prêtres basée en Valais.

Habituellement, les évêques de Coire sont enterrés devant la cathédrale du chef-lieu grison. En 2022, Mgr Huonder avait toutefois déjà indiqué à l'évêché son voeu de ne pas y être enseveli. Un voeu qu'il a confirmé peu avant son décès à son successeur Joseph Bonnemain.

Selon l'évêché de Coire, les deux hommes avaient 'parlé ouvertement des obsèques à venir' lors d'une rencontre à l'institut Sancta Maria de la Fraternité St-Pie X à Wangs (SG), où Vitus Huonder vivait depuis son départ en 2019. Mgr Bonnemain avait assuré qu'il respecterait ce voeu, tout en soulignant que beaucoup ne comprendraient probablement pas son choix.

Une cérémonie à la mémoire de l'ancien évêque doit tout de même avoir lieu vendredi à Coire. A Ecône, plusieurs centaines de fidèles sont venus mercredi dire un dernier adieu à l'ancien évêque, selon un journaliste de Keystone-ATS présent sur place.

La très contestée Fraternité St-Pie X

La Fraternité sacerdotale St-Pie X a été fondée en 1970 par le Français Marcel Lefebvre dans le bourg valaisan d'Ecône. Il s'agit d'une société de prêtres traditionalistes, voire intégristes, sans statut canonique au sein de l'Eglise catholique.

La Fraternité Saint-Pie X refuse notamment de 'suivre la Rome de tendance néo-moderniste et néo-protestante' née, selon elle, du concile Vatican II (1962-1965). Elle a été souvent accusée en France d'entretenir des liens avec l'extrême droite.

Le Vatican a excommunié Mgr Lefebvre en 1988 pour avoir ordonné quatre évêques traditionalistes, contre l'avis de Rome. Le pape Benoît XVI a levé cette sanction en janvier 2009, 18 ans après la mort de l'homme d'Eglise français.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus