La Ville de Moutier choisit de rejoindre le canton du Jura

La Ville de Moutier avec ses 7400 habitants devient jurassienne. A l'issue d'un vote sous haute ...
La Ville de Moutier choisit de rejoindre le canton du Jura

Moutier accepte largement de rejoindre le canton du Jura

Photo: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

Moutier a dit 'oui' au canton du Jura. Les citoyens prévôtois ont voté clairement dimanche, à 54,9%, en faveur d'une sortie du canton de Berne.

Ils ont été 2114 à se prononcer en faveur du rattachement au canton du Jura et 1740 à s'y opposer, avec un taux de participation de 88%. Avec 374 suffrages de différence, la victoire des autonomistes est plus nette que lors du scrutin de 2017, qui s'était joué pour 137 voix avant d'être invalidé par la justice bernoise pour des irrégularités.

Au vu de cet écart, gagnants et perdants ont estimé que la Question jurasienne était désormais close. Cette question, qui date de plusieurs décennies, 'a été élégamment réglée par les urnes. Nous sommes quittes de passer devant les tribunaux', s'est réjoui Valentin Zuber, président de la délégation aux affaires jurassiennes à Moutier.

Selon Cédric Erard, directeur de campagne Moutier-Ville jurassienne, 'c'est l'aboutissement d'une longue lutte pour l'autodétermination communale.' Alors que pour Pierre-André Comte, secrétaire général du Mouvement autonomiste jurassien, 'l'arbitraire des juridictions bernoises trouve dans ce vote la réponse attendue, logique, définitive.'

Du côté des pro-Bernois également, l'affaire est entendue. 'La balle est désormais dans le camp des séparatistes', a commenté le porte-parole de MoutierPlus Steve Léchot.

Le gouvernement bernois souhaite aussi tourner la page. 'Il est temps que les habitantes et habitants de Moutier laissent de côté les querelles du passé et consacrent leur énergie au développement de leur ville', a déclaré devant la presse le président du Conseil-exécutif, Pierre Alain Schnegg. Selon lui, la démocratie a parlé et le résultat doit être accepté.

Foule en liesse

A l'annonce du résultat du vote, à 18h00, des milliers de pro-Jurassiens ont crié leur joie d'une seule voix sur la place de la gare de Moutier. Embrassades, larmes de joie, klaxons, pétards et fumigènes ont accompagné leur célébration, tandis que certains ont chanté 'la Rauracienne', l'hymne du Jura.

Ils ont ensuite été entre 3000 et 4000 à se rendre devant l'Hôtel de ville, arborant de nombreux drapeaux jurassiens et scandant 'Moutier, bernois, plus jamais!' Même si le port du masque était à bien plaire et la distanciation sanitaire pas respectée, la journée s'est déroulée de manière 'largement paisible', selon un premier bilan de la police cantonale bernoise.

Cette dernière a toutefois procédé à quelques signalements pour des dommages à la propriété, des provocations et des pétards. Des clarifications sont également en cours pour d'éventuelles infractions aux mesures sanitaires.

Les différentes autorités ont appelé au respect de la partie adverse. Le maire autonomiste Marcel Winistoerfer, qui n'a tenu aucun discours devant la foule en liesse, a appelé ses concitoyens à se tendre la main. 'Le nombre de non appelle à la modération et à la conciliation', a-t-il dit.

Transfert espéré en 2026

De son côté, le Gouvernement jurassien a accueilli ce vote avec 'joie' et 'soulagement'. Devant la presse à Delémont, sa présidente Nathalie Barthoulot a affirmé que ce dimanche 28 mars 2021 marquait le commencement d'une nouvelle page de l'histoire jurassienne: le canton, encore jeune, gagnera encore 'en dynamisme et en rayonnement grâce au rattachement de Moutier.'

Les autorités jurassiennes visent la date du 1er janvier 2026 pour le transfert de Moutier et de ses 7400 habitants, ce qui coïncidera avec une nouvelle législature dans le canton. Nathalie Barthoulot a toutefois concédé que le calendrier, qui devra être discuté entre les deux parties, était ambitieux.

Un concordat intercantonal devra maintenant être négocié entre les deux cantons, puis recevoir l'aval des deux législatifs et des peuples jurassien et bernois. Ensuite, les Chambres fédérales devront accepter la modification territoriale.

Sous haute surveillance

Des mesures exceptionnelles avaient été prises par la Confédération pour que cette votation hautement émotionnelle se déroule d'une façon irréprochable. Dix-huit collaborateurs de l’Office fédéral de la justice étaient présents à Moutier. Ils n'ont relevé aucun problème lors des opérations de dépouillement.

La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter a d'ailleurs salué le processus démocratique. 'La résolution de la Question jurassienne entre dans l'histoire de l'Etat fédéral comme un exemple de démocratie vivante', a-t-elle indiqué, citée dans un communiqué.

'Coeur et raison'

En raison des restrictions liées au Covid-19, autonomistes et antiséparatistes avaient mené une campagne à distance, notamment sur les réseaux sociaux et dans le courrier des lecteurs, cherchant surtout à séduire les nouveaux votants.

Pour François Lachat, le premier président du Gouvernement jurassien, un élément déterminant a été la qualité de la campagne des pro-Jurassiens, qui a concilié 'coeur et raison'. A l'inverse, il a dit regretter la campagne des antiséparatistes, trop axée sur les peurs à son goût.

/ATS
 

Articles les plus lus