La commission nationale d'éthique contre la vaccination obligatoire

La commission nationale d'éthique est opposée à l'idée d'une vaccination obligatoire. Ce serait ...
La commission nationale d'éthique contre la vaccination obligatoire

La commission nationale d'éthique contre la vaccination obligatoire

Photo: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

La commission nationale d'éthique (CNE) est opposée à l'idée d'une vaccination obligatoire contre le Covid-19. Ce serait une atteinte disproportionnée aux droits fondamentaux, a-t-elle indiqué vendredi.

La commission s’oppose aussi à une obligation de vaccination pour certains groupes de la population, notamment le personnel de santé. Prescrire une telle obligation pour des groupes de personnes spécifiques serait 'paternaliste et injustifiable', selon son communiqué.

Même sur la question des certificats de vaccination à exhiber pour avoir accès à certaines prestations, la commission estime que des inégalités de traitement entre vaccinés et non vaccinés pourraient uniquement se justifier si la vaccination protège également contre la transmission du virus et si toutes les personnes y ont accès. La question devra être réglée de manière très précise.

La CNE n'exclut pas que, dans certaines conditions, un certificat de vaccination puisse être exigé pour certaines activités. Toutefois, 'il est impératif de veiller à préserver les droits fondamentaux de toutes et de tous, à minimiser les éventuelles inégalités de traitement et à satisfaire les besoins fondamentaux de chaque personne.'

Incertitudes encore très grandes

La commission distingue deux situations: tant qu'on ne sait pas si les personnes vaccinées continuent à transmettre le virus, l'accent doit être mis sur la protection individuelle, d'abord des personnes à risque, puis de toutes celles qui veulent se faire vacciner.

Si, par contre, il est démontré que la vaccination empêche aussi la transmission du virus, la protection de la population entière contribuerait à protéger les personnes qui ne peuvent être vaccinées pour des raisons médicales. Dans les deux cas de figure, les questions éthiques doivent être évaluées au regard des principes de proportionnalité, d'égalité de traitement et de solidarité, écrit la CNE.

Alternatives plus efficaces

Même s'il était démontré que la vaccination protège contre la transmission du virus, les avantages de la vaccination obligatoire pour certains groupes devraient être soigneusement pesés par rapport aux inconvénients. Des méthodes plus douces et efficaces doivent être privilégiées avant d'envisager une vaccination obligatoire, selon elle.

La commission exige enfin que la communication officielle pour encourager la population à se faire vacciner soit adaptée aux différents publics cibles. Elle doit se fonder sur des arguments scientifiques afin que les citoyens puissent prendre une décision qui tienne compte des incertitudes existantes.

Enfin, la CNE demande une plus grande implication de la Suisse en faveur de l'accès aux vaccins des pays pauvres. Elle devrait en particulier davantage s'impliquer dans le cadre de l'initiative Covax, un dispositif dirigé notamment par l'OMS visant à assurer un accès équitable aux vaccins contre le Covid.

/ATS
 

Actualités suivantes