La grève du climat encore très suivie en Suisse

La jeunesse suisse s'est à nouveau mobilisée en masse vendredi en faveur du climat. Ils ont ...
La grève du climat encore très suivie en Suisse

La grève du climat encore très suivie en Suisse

Photo: KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

La jeunesse suisse s'est à nouveau mobilisée en masse vendredi en faveur du climat. Ils ont été plusieurs dizaines de milliers à défiler dans tout le pays, comme leurs camarades du monde entier, lors de cette première grève du climat au niveau mondial.

Selon un décompte de Keystone-ATS, plus de 50'000 jeunes ont battu le pavé vendredi, plus de 66'000 selon les organisateurs. Pour la Suisse, il s'agissait déjà de la troisième mobilisation depuis le début de l'année, après celles du 18 janvier et du 2 février, elles aussi bien suivies. Un nouveau rassemblement a d'ores et déjà été programmé le samedi 6 avril.

Toujours très assidus, les jeunes Vaudois ont été 10'000 à défiler à Lausanne entre la gare et la place de la Riponne, selon une estimation de la police. Faisant fi d'un ciel menaçant, ils ont manifesté dans une ambiance bon enfant, répétant en choeur 'Politique t'es foutue, la jeunesse est dans la rue' ou encore 'On est plus chaud, plus chaud que le climat.'

A Genève, ils ont été 5000 à se donner rendez-vous près de la gare de Cornavin, où ils se sont mis en route pour le parc des Bastions. La foule a fait une halte au milieu du pont du Mont-Blanc, s'asseyant quelques minutes sur le bitume avant de reprendre sa marche en direction des rues commerçantes.

Les manifestants ont copieusement sifflé lorsqu'ils sont passés devant le siège des grandes banques.

Détermination intacte

A Fribourg, ils étaient plus de 2000 à se rassembler sur la place Georges-Python. Léo Tinguely, l'un des organisateurs, a souligné qu'il était 'important de montrer que la détermination est toujours présente' chez les grévistes. 'Tant que nos politiques resteront inactifs, nous continuerons à manifester et à faire grève', a-t-il affirmé.

Du côté de Neuchâtel, ils ont été 2000 à défiler, contre 500 à Bienne et environ 300 à Delémont. A Sion, face à la tolérance zéro instaurée par le département valaisan de la formation, les 1200 jeunes ont manifesté en fin d'après-midi, en dehors des heures de cours.

Ailleurs en Suisse, les jeunes se sont également mobilisés malgré une météo peu propice aux manifestations, comme à Zurich (12'000 participants selon les organisateurs), Berne (8000), Bâle (2000) ou Lucerne (1500). Au Tessin également, les jeunes ont répondu présent, eux qui ont été 4500 à se réunir à Bellinzone.

Le soutien de Simonetta Sommaruga

A Zurich, les aiguilles de l'horloge de la célèbre église St-Pierre, au plus grand cadran d'Europe, se sont arrêtées sur 11h55 mardi pour symboliser l'urgence climatique. 'Nous nous tenons derrière les jeunes', a déclaré le pasteur Ueli Greminger.

Les jeunes ont aussi reçu le soutien de la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga. 'J'ai beaucoup de compréhension pour l'impatience des jeunes qui luttent pour le climat. Ils ont de réelles attentes', a-t-elle déclaré depuis Nairobi au Kenya, en marge de la 4e assemblée générale des Nations Unies pour l'environnement.

Programmées dans près de 30 villes du pays, les manifestations se sont déroulées sans heurts majeurs. Quelques petits incidents ont toutefois été signalés, comme à Lausanne où une poignée de jeunes ont peint des mains en rouge sur les murs d'une succursale de Credit Suisse. D'autres se sont introduits dans le bâtiment des Retraites populaires pour y scander des slogans anticapitalistes.

A Delémont, une succursale de l'UBS a aussi été brièvement occupée. A Zurich, quelques activistes ont bloqué l'entrée du bâtiment de Credit Suisse sur la Paradeplatz.

'La population va se lever'

La mobilisation ne s'est pas limitée vendredi à la Suisse. La jeunesse du monde entier s'est retrouvée dans la rue, plus de 2000 manifestations ayant été recensées dans une centaine de pays.

'Nous n'en sommes qu'au début', a tweeté la militante suédoise Greta Thunberg, à l'origine du mouvement de grève du climat. 'Je crois que le changement est à l'horizon et que la population va se lever pour son avenir', a ajouté l'adolescente de seize ans.

L'action de Greta Thunberg était jusqu'ici suivie dans quelques pays seulement, dont la Suisse. Jamais encore la mobilisation n'avait atteint un tel rayonnement au niveau mondial.

/ATS
 

Actualités suivantes