La mosquée An'Nour de Winterthour provisoirement fermée

Les portes de la mosquée An'Nour de Winterthour (ZH) étaient fermées jeudi, au lendemain d'une ...
La mosquée An'Nour de Winterthour provisoirement fermée

La mosquée An'Nour de Winterthour provisoirement fermée

Photo: Keystone

Les portes de la mosquée An'Nour de Winterthour (ZH) étaient fermées jeudi, au lendemain d'une perquisition. La police municipale, qui possède la clé, n'a pas identifié de 'personne qualifiée' de l'entourage de l'association ou de la mosquée à qui la remettre.

Les fidèles de la mosquée An'Nour de Winterthour devront vraisemblablement patienter encore quelques jours avant de retrouver leur lieu de prière, selon la police municipale. 'Nous sommes à la recherche d'une personne susceptible d'assurer la responsabilité de l'association et de la mosquée', a déclaré à l'ats Bianca Liechti, sa porte-parole.

Des médiateurs et spécialistes des questions d'intégration ont été mobilisés. Ils travaillent actuellement avec la police.

Mais suite à la perquisition de mercredi matin et à l'arrestation de quatre suspects, il n'a pas été possible d'identifier une personne à qui remettre la clé de la mosquée et confier la responsabilité de l'association culturelle An'Nour.

Il n'est pas non plus certain que la mosquée puisse rouvrir immédiatement. Comme indiqué mercredi par la police, celle-ci doit être mise aux normes anti-incendie et se conformer aux prescriptions en matière de sécurité alimentaire.

Alertés par un journaliste

La police cantonale et le Ministère public ont conduit une perquisition dans la mosquée mercredi matin. Ils ont arrêté en particulier un imam accusé d'incitation au meurtre des musulmans non pratiquants.

L'intervention semble avoir été déclenchée notamment par un journaliste de la 'Weltwoche'. Samedi dernier, il avait demandé par SMS à la ville de Winterthour si les autorités avaient connaissance de l'appel au meurtre.

Les autorités ont immédiatement informé la police, car il s'agissait de faits passibles de poursuites pénales, a indiqué jeudi à l'ats Nicolas Galladé (PS), membre de l'exécutif de la ville. Les autorités ont également demandé au journaliste de partager ses informations avec la police.

Les appels au meurtre et à la haine n'ont pas leur place. 'Nous tenons à une bonne cohabitation dans notre ville', a indiqué M. Galladé. Les autorités ont donc intensifié leurs efforts dans leurs domaines de compétence, en mettant l'accent sur la prévention et l'intégration.

Nouvelles informations vendredi

Le Ministère public zurichois s'est refusé jeudi à tout commentaire sur l'avancement du dossier. De nouvelles informations sont attendues pour vendredi.

Le public saura alors si le procureur aura demandé la mise en détention préventive des suspects arrêtés, ou si ces derniers seront libérés. Selon la presse, l'un d'entre eux aurait déjà été relâché.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus