La présidente du PLR défend la loi sur le CO2

Depuis Lucerne, la présidente du Parti libéral-radical (PLR) Petra Gössi a critiqué samedi ...
La présidente du PLR défend la loi sur le CO2

La présidente du PLR défend la loi sur le CO2

Photo: Keystone/WALTER BIERI

Depuis Lucerne, la présidente du Parti libéral-radical (PLR) Petra Gössi a critiqué samedi le référendum contre la loi sur le CO2 lors de l'assemblée virtuelle des délégués du parti. Pour elle, le texte voté par le Parlement est un compromis raisonnable.

La loi sur le CO2 est contestée par une partie des activistes climatiques mais aussi par les conservateurs de l'Union démocratique du centre (UDC). Selon Petra Gössi, un rejet de la loi par la population serait suivi d'un conflit entre les deux camps pour savoir quels arguments auront eu le dessus.

A cause du blocage engendré, il ne serait alors plus possible pour la Suisse de respecter les engagements pris lors de l'accord de Paris sur le climat. De plus, la politique climatique de la Suisse ne serait pas clarifiée, a-t-elle ajouté.

Concernant la pandémie de coronavirus, la présidente du PLR a critiqué le Conseil fédéral qui n'a pas mis en place un système de 'feux de signalisation' qui aurait montré ce qui se passe lorsque le nombre de cas augmente ou diminue. Elle a cependant souligné l'importance que le nombre de cas diminue.

Il est extrêmement important de respecter les mesures, même si celles-ci ne conviennent pas à tout le monde, a-t-elle souligné. Il en va aussi de la préservation des emplois.

L'emploi est aussi un enjeu de la votation sur l'initiative pour des entreprises responsables, selon Petra Gössi. Lors de son intervention, elle a critiqué la nature émotionnelle du débat où les soutiens de l'intiative sont présentés comme de bonnes personnes alors que les opposants sont assimilés à de mauvaises personnes. Pour elle, il faut revenir à un débat factuel.

Lors de cette assemblée des délégués, diffusée en ligne depuis Lucerne, Petra Gössi a choisi de ne pas s'exprimer dans un discours. Elle a répondu aux questions du vice-président du PLR Philippe Nantermod, qui lui a glissé des mots-clefs, qu'elle a ensuite commentés.

/ATS
 

Actualités suivantes