La révision de l'AI fait primer les économies sur la réinsertion

La révision de l'assurance invalidité est critiquée dans une étude demandée par la Confédération ...
La révision de l'AI fait primer les économies sur la réinsertion

La révision de l'AI fait primer les économies sur la réinsertion

Photo: Keystone

La révision de l'assurance invalidité est critiquée dans une étude demandée par la Confédération. Politiciens et administration visent à travers cette réforme avant tout des buts économiques et non la réinsertion sur le marché du travail de 17'000 rentiers d'ici 2018.

La 6e révision de l'assurance invalidité, entrée en vigueur en 2012, ambitionne la réintégration sur le marché du travail des rentiers AI. Plus précisément, 17'000 personnes devraient retrouver un emploi au cours des sept prochaines années. Quelque 12'500 rentes seraient supprimées d'ici 2019.

Avec cette réforme, Parlement et Confédération souhaitent que les rentes ne soient pas une solution définitive, mais un passage en vue de la réintégration du marché du travail. Pour ce faire, la réforme propose des mesures d'accompagnement, telles que des placements à l'essai ou une aide financière.

Parallèlement, la révision obéit à des objectifs financiers: ses instruments doivent permettre une économie annuelle de 119 millions de francs.

8000 rentes

Une étude, rapportée mercredi par le Tages Anzeiger, tire un bilan intermédiaire de la réforme. Elle s'est penchée sur les effets de la révision, passant en revue les données des 26 offices AI cantonaux. Ainsi, près de 8000 rentes ont pu être économisées grâce aux mesures de réinsertion.

Les résultats sont cependant peu flatteurs: une grande majorité des offices AI critiquent une mise en oeuvre compliquée en comparaison au nombre de personnes réinsérées sur le marché du travail.

Le monde politique et l'administration auraient 'largement surestimé' le potentiel de la réduction des rentes grâce aux réinsertions. Le courroux des offices AI cible aussi des objectifs orientés par une volonté politique de faire des économies.

Les offices AI voient parmi les raisons principales la pratique restrictive en matière d'octroi d'une rente. Le potentiel de réinsertion a été surévalué, tandis que les efforts nécessaires à la réinsertion ont été sous-évalués, selon le rapport.

L'OFAS concède

Les offices AI considèrent également que les capacités d'assimilation du marché du travail ont été surévaluées. Et celui-ci va encore diminuer à l'avenir, prophétisent les offices.

'De moins en moins de places de travail pour les moins qualifiés et de l'incertitude économique'. Malgré ces écueils, les offices AI ne remettent pas en cause l'orientation générale de la réforme.

Contacté par l'ats, le vice-directeur de l'Office fédéral des assurances sociales (OFAS) Stefan Ritler concède que l'objectif arrêté par les politiciens ne sera pas atteint. De nombreux bénéficiaires de rente souffrent d'un degré de handicap plus élevé que supposé, a précisé M. Ritler.

Toutefois, l'OFAS n'y voit aucune raison de corriger la révision pour l'heure. Une évaluation définitive des résultats interviendra en 2018 ou 2019.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus