La vaccination se poursuit malgré les retards dans les livraisons

Les retards dans les livraisons de vaccins contre le Covid-19 ne remettent pas en cause la ...
La vaccination se poursuit malgré les retards dans les livraisons

La vaccination se poursuit malgré les retards dans les livraisons

Photo: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

Les retards dans les livraisons de vaccins contre le Covid-19 ne remettent pas en cause la campagne de vaccination en Suisse, ont assuré mardi les experts devant la presse à Berne. Cinq millions de doses sont attendues durant le deuxième trimestre.

'Nous avons dépassé la barre des deux millions de vaccinations la semaine passée', a indiqué la vice-directrice de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), Nora Kronig. La limite des trois millions de doses livrées sera atteinte cette semaine.

Nora Kronig a expliqué que la livraison réduite de vaccins de Moderna samedi sera rattrapée jeudi. 'On reçoit chaque semaine de nouvelles doses, avec certaines incertitudes et variations.' Mais la vaccination se poursuit.

Elle a assuré que la Suisse recevrait 5 millions de doses pendant le deuxième trimestre. Avec l'augmentation des vaccins disponibles, l'OFSP estime que les réserves pour les deuxièmes doses peuvent être restreintes.

Retards limités

Rudolf Hauri, le président de l'Association des médecins cantonaux, a aussi relativisé les retards dans la vaccination. Ils sont limités. En dépit des fluctuations dans les livraisons, les vaccins sont encore relativement disponibles, a-t-il dit.

Les quantités moindres fournies par les fabricants ralentissent certes la campagne. Les cantons ne peuvent parfois pas administrer la deuxième dose comme prévu, mais la vaccination a déjà un effet sur l'évolution de l'épidémie.

Depuis la vaccination, le nombre d'hospitalisations des personnes les plus âgées est en recul. En revanche, il y a une nette hausse de patients en soins intensifs chez les 40-59 ans.

Souvent, ces personnes attendent avant de se faire hospitaliser, pensant que ce ne sera pas grave, et se retrouvent directement aux soins intensifs, explique Patrick Mathys, responsable de la section Gestion de crise et collaboration internationale à l'OFSP.

Effet des assouplissements

Reste à étudier l'effet des ouvertures décidées depuis lundi sur l'évolution de l'épidémie en Suisse. Pour M. Hauri, le succès de cette décision dépendra en grande partie du comportement de chacun.

Le nombre d'infections et d'hospitalisations pourrait augmenter, et ce même si le rythme de vaccination s'accélère, estime Martin Ackermann le chef de la Task Force scientifique. Pour lui, ce scénario est très plausible en raison du variant britannique plus contagieux, mais qui pourrait aussi être plus dangereux.

La vitesse de vaccination sera très importante pour éviter de retomber dans des fermetures. L'objectif initial était d'administrer 100'000 doses par jour.

Stratégie adaptée

L'efficacité des vaccins s'étend jusqu'à six mois après l'injection. Les personnes déjà vaccinées peuvent être exemptées de quarantaine durant ces six mois deux semaines après avoir reçu la deuxième dose, a indiqué Christoph Berger, président de la commission fédérale pour les vaccinations.

La stratégie de vaccination de la Confédération a été adaptée. Des personnes qui ont déjà eu le Covid-19 peuvent aussi être vaccinées six mois après avoir contracté la maladie. Mais elles ne recevront qu'une seule dose, a précisé M. Berger. Les personnes dont le système immunitaire est affaibli en recevront deux.

Chez les femmes enceintes vulnérables ou fortement exposées comme les soignantes, la vaccination est aussi possible. Elle doit se faire en concertation avec le gynécologue. L'objectif est aussi de vacciner les enfants chez qui des cas rares d'aggravation existent aussi.

L'AstraZeneca en suspens

Concernant l'autorisation du vaccin d'AstraZeneca, le chef de la section autorisation de Swissmedic Claus Bolte a expliqué attendre encore des documents. 'Nous n'avons toujours pas reçu une importante étude d'Amérique du Nord et d'Amérique latine.'

Il s'agit d'un élément fondamental pour l'autorisation. 'Dès qu'elle nous parviendra, nous l'examinerons aussi vite que possible', a-t-il poursuivi. On pourra aussi déterminer si le vaccin ne sera autorisé que pour certains groupes de population. 'Notre mantra est 'sécurité d'abord'.'

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus