Relève médicale: le Conseil fédéral veut poursuivre ses efforts

La Suisse n'a toujours pas résolu son problème de relève médicale. Le Conseil fédéral veut ...
Relève médicale: le Conseil fédéral veut poursuivre ses efforts

Relève médicale: le Conseil fédéral veut poursuivre ses efforts

Photo: Keystone

La Suisse n'a toujours pas résolu son problème de relève médicale. Le Conseil fédéral veut maintenir l'effort, même si davantage d'infirmières ont pu être formées et que 100 millions supplémentaires vont être investis pour augmenter le nombre de médecins diplômés.

Le gouvernement a confirmé mercredi sa volonté de soutenir les universités afin qu'elles forment davantage de médecins. L'enveloppe de 100 millions devra financer durant les années 2017 à 2020 un programme spécial conçu avec la Conférence suisse des hautes écoles.

Ces dernières années, la Suisse a formé moins de médecins qu'elle n'en avait besoin. Le déficit a été comblé par un recours accru à des étrangers: plus de 30% des praticiens sont titulaires d’un diplôme étranger.

La nécessité de préparer la relève s'est encore renforcée avec l'acceptation de l'initiative de l'UDC contre l'immigration de masse. Les universités ont accru leurs capacités de formation, mais il faut de nouveaux efforts pour atteindre l'objectif de 1300 masters annuels recommandé par le Conseil fédéral.

Horizon 2025

Les 100 millions, qui devraient être soumis au Parlement en mars dans le cadre du message sur l'encouragement de la formation, de la recherche et de l'innovation, devraient permettre d'atteindre le but fixé à l'horizon 2025. Les recteurs et les universités devront préparer un train de mesures d'ici à la fin de l'année.

L'accroissement des capacités d'études ne saurait être une mesure isolée. Le Conseil fédéral a aussi pris acte d'un rapport des Départements de l'intérieur et de la formation intitulé 'Panorama de la formation universitaire et postgrade des médecins dans le système de santé'.

Il décrit les mesures engagées pour renforcer la médecine de base et promouvoir l’interprofessionnalité. L’affectation des professionnels de la santé conformément à leurs compétences accroît l’attrait de toutes les professions de santé et participe à l’efficience des soins de santé.

Davantage de professionnels du soin

Le Conseil fédéral a également approuvé le rapport final relatif au masterplan pour augmenter le nombre de personnes formées aux professions des soins en Suisse. Selon ce texte, le nombre de diplômes d’assistant en soins et santé communautaire a plus que doublé entre 2007 et 2015, passant de 1500 à 3700.

On est ainsi assez proche (84%) du besoin de relève estimé à un peu moins de 4500. En ce qui concerne la nouvelle formation d’aide en soins et accompagnement, plus de 880 contrats d’apprentissage ont été conclus en 2014.

Du côté des soins infirmiers, on constate aussi une hausse des diplômés de degré tertiaire depuis 2012. Faisant suite à une baisse, elle permet de revenir à la situation de 2099 et de couvrir plus de la moitié des besoins estimés à un peu plus de 4500. Les inscriptions dans les filières d'études ont aussi progressé, de 2600 en 2011 à 3000 en 2014.

Là encore, le maintien des capacités de formation et de stage de même que la création de nouvelles places restent une tâche de longue haleine. Ces tâches ne s'arrêteront pas avec le terme du masterplan, estime le gouvernement.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes