Le MPC veut enquêter sur Christa Markwalder et Walter Müller

Christa Markwalder (PLR/BE) et Walter Müller (PLR/SG) pourraient être poursuivis par la justice ...
Le MPC veut enquêter sur Christa Markwalder et Walter Müller

Le MPC veut enquêter sur Christa Markwalder et Walter Müller

Photo: Keystone

Christa Markwalder (PLR/BE) et Walter Müller (PLR/SG) pourraient être poursuivis par la justice. Le Ministère public de la Confédération (MPC) a demandé au Parlement de lever l'immunité des deux conseillers nationaux.

Les faits connus constituent une raison suffisante pour ouvrir une procédure pénale. Le MPC a donc transmis vendredi sa requête à la commission de l'immunité du Conseil national, indique samedi à l'ats son porte-parole André Marty, confirmant une information du quotidien alémanique Neue Zürcher Zeitung.

Président de cette instance, Christian Lüscher (PLR/GE) s'est révoqué, étant donné qu'il est déjà l'avocat de l'ex-ministre kazakh Victor Khrapunov, installé à Genève et impliqué indirectement dans l'affaire. Gerhard Pfister (PDC/ZG) assumera sa fonction, a-t-il indiqué. La levée de l'immunité ne pourra toutefois pas être décidée sans le feu vert de la commission homologue du Conseil des Etats.

Deux plaintes ont été déposées depuis mercredi auprès du MPC contre Christa Markwalder. Les plaignants, qui sont des particuliers, reprochent à la députée bernoise une kyrielle de délits présumés, dont la violation du secret de fonction, ou le service de renseignements politiques au profit d'un Etat étranger, précise André Marty.

Christa Markwalder est soupçonnée d'avoir transmis des informations de la commission des affaires extérieures du National à une lobbyiste et d'avoir ainsi violé le secret de commission. Elle pourrait aussi avoir transmis des informations secrètes. Le Bureau du National traitera du sujet ce lundi 1er juin.

Voyage payé à Walter Müller

Il y a une dizaine de jours, les Jeunes socialistes (JS) ont déposé plainte auprès du Ministère public de la Confédération contre Walter Müller, en lien avec son voyage controversé au Kazakhstan. Ils le soupçonnent d'acceptation d'un avantage en tant qu'agent public. En cas de jugement, M. Müller risque une peine pécuniaire ou une peine privative de liberté pouvant aller jusqu'à trois ans.

Walter Müller avait participé en mai 2014 à un voyage organisé par l'agence de relations publiques Burson-Marsteller au Kazakhstan. Entre-temps, le Saint-Gallois a promis qu'il allait payer rétroactivement ce voyage de sa poche.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes