Le National ne touche pas au bureau de l'égalité

Ni plus ni moins: le National a refusé mercredi de toucher aux moyens affecté au Bureau fédéral ...
Le National ne touche pas au bureau de l'égalité

Le National ne touche pas au bureau de l'égalité

Photo: KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

Ni plus ni moins: le National a refusé mercredi de toucher aux moyens affecté au Bureau fédéral de l'égalité entre femmes et hommes. Il poursuit son débat sur le budget 2019 de la Confédération.

L'UDC souhaitait couper complètement les vivres au bureau de l'égalité en faisant une croix sur les 9,5 millions de francs qui lui sont destinés. La répartition des tâches a beaucoup changé ces dernières années, a estimé le Bâlois Sebastian Frehner.

Pas question d'avoir un office qui fait du lobbyisme pour les femmes, a-t-il déclaré, avant de se lancer dans une diatribe sur les différences entre sexes en matière de santé et d'espérance de vie. Ses arguments, qualifiés de délires à gauche, sont tombés à plat. La proposition a été rejetée par 125 voix contre 55.

La gauche n'a pas eu plus de succès en demandant d'augmenter les crédits de 200'000, voire 600'000 francs. Il faut assister les entreprises qui veulent faire un effort et souhaitent vérifier si l'égalité salariale est pratiquée en leur sein, a plaidé en vain Samuel Bendahan (PS/VD).

La lutte contre les violences faites aux femmes ne doit en outre pas rester déclaratoire, a renchéri sa camarade zurichoise Mattea Mayer.

Consultants externes

Le National a par ailleurs décidé par 96 voix contre 92 de raboter 1,4 million dans les 165,2 millions accordés pour les charges de fonctionnement de l'Office fédéral de la santé publique. La majorité souhaite qu'il mette la pédale douce sur les recours aux consultants.

L'office n'a pas les ressources pour accomplir tous les mandats qu'on lui donne. Il doit pouvoir en appeler à des experts externes, par exemple sur les médicaments pour les maladies rares, a critiqué Thomas Weibel (PVL/ZH).

L'UDC s'en est prise en vain à l'Office fédéral de l'énergie. L'accusant de lancer trop des campagnes, le parti voulait couper 19 millions dans les 90,3 millions destinés aux charges de fonctionnement de l'office. Estimant qu'il appartient aux cantons d'agir, Sandra Sollberger (UDC/BL) a également appelé sans succès à amputer un million de francs dans le programme bâtiment.

Rayon assurances sociales, la Chambre du peuple n'a pas voulu raboter 13,3 millions dans les 38,3 millions prévus pour l'accueil extra-familial des enfants. Le camp rose-vert a quant à lui échoué en réclamant 1,8 million de plus pour le maintien intégral du programme de lutte contre la pauvreté.

Peu de retouches

La Chambre du peuple a entamé mardi le débat sur le budget. Elle n'a apporté que peu de retouches jusqu'ici. Par 105 voix contre 85, elle a raboté de 45 millions le total de 1,265 milliard budgété pour l'aide sociale pour le domaine de l'asile. La question est toutefois plutôt formelle et porte sur les estimations des demandes. La majorité juge la facture trop lourde par rapport au recul attendu des requêtes.

Par 99 voix contre 95, les députés ont également décidé de retrancher 19 millions de francs dans les charges de biens et services. Ils ont accepté dans la foulée de geler l'enveloppe à 4,281 milliards jusqu'en 2022.

Jusqu'à jeudi

Les débats sur le budget se poursuivent. La Chambre du peuple doit notamment dire si elle veut augmenter le budget du Corps des gardes-frontière de 2,8 millions pour créer 44 postes supplémentaires.

Sa commission préparatoire lui propose en outre d'accorder trois millions de plus à l'Office fédéral du sport pour les évènements internationaux, en vue des Championnats du monde de cyclisme sur route à Martigny et Aigle en 2020. La discussion fleuve débordera sur la matinée de jeudi.

La copie proposée par le gouvernement mise sur des recettes de 73,556 milliards de francs et prévoit des dépenses de 72,296 milliards. Soit un excédent de 1,260 milliard.

Jusqu'ici, le National ne s'est pas distancié des propositions de sa commission préparatoire. Celle-ci n'avait retenu qu'une poignée de modifications et prévu de réduire les dépenses de 70,2 millions.

Lundi au Conseil des Etats

Le Conseil des Etats se prononcera quant à lui lundi prochain. Sa commission des finances souhaite notamment libérer 98,2 millions de plus pour la formation et la recherche. Au National, des propositions allant dans le même sens seront présentées par le camp rose-vert. Une majorité du groupe PDC y apporte son soutien.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus