Le National se penche sur l'initiative pour une 13e rente AVS

Le Conseil national entame mercredi les débats sur l'initiative pour une 13e rente AVS. Le ...
Le National se penche sur l'initiative pour une 13e rente AVS

Le National rejette l'initiative pour une 13e rente AVS

Photo: KEYSTONE/CHRISTOF SCHUERPF

Une 13e rente AVS coûterait trop chère et n'est pas la meilleure manière d'aider les retraités précaires. Le Conseil national a recommandé mercredi par 123 voix contre 67 de rejeter l'initiative populaire 'Mieux vivre à la retraite', malgré le plaidoyer de la gauche.

Lancé par l'Union syndicale suisse ainsi que des organisations féminines et de retraités, le texte demande le versement d’une rente de vieillesse supplémentaire, du même montant que la rente AVS perçue chaque mois. Cela correspond à une hausse mensuelle des rentes de 8,33%.

Une réponse concrète

De nombreux orateurs de gauche se sont succédé à la tribune pour défendre le texte, en vain. La promesse de protéger la population contre la pauvreté à la retraite n'est plus tenue, a relevé Pierre-Yves Maillard (PS/VD). Il y a des gens qui se demandent comment payer leurs charges et remplir leur frigo tandis que les charges fixes augmentent et les rentes du 2e pilier baissent. L'initiative constitue une réponse concrète, a-t-il souligné.

L'initiative constitue un pas important dans la bonne direction. L'AVS est le système de répartition le plus équitable et le moins coûteux, a abondé Katharina Prelicz-Huber (Vert-e-s/ZH). Etant donné que la moitié des femmes n'ont pas de 2e pilier, renforcer l'AVS permettra aussi de renforcer l'égalité, a ajouté sa collègue de parti Léonore Porchet (VD).

Contrairement au 2e pilier, l'AVS prend en compte les travaux domestiques et de 'care', majoritairement effectués par les femmes, a complété Valérie Piller Carrard (PS/FR).

Dépenses trop importantes

Si elle a reconnu que certains retraités sont dans une situation précaire, la majorité bourgeoise a estimé qu'une 13e rente n'est pas la solution. Elle entraînerait des dépenses supplémentaires estimées à 5 milliards en 2032. Cela représente 1,1% de TVA ou 0,8% de cotisation de plus, a rappelé Regine Sauter (PLR/ZH). L'AVS vient à peine d'être stabilisée.

La droite a également dénoncé le principe de l'arrosoir de l'initiative. 'Est-ce vraiment social de faire porter le coût à la génération future et d'attribuer une 13e rente à tout le monde, même ceux qui n'en ont pas besoin?', a demandé Thomas de Courten (UDC/BL).

L'initiative prévoit que la 13e rente AVS n'ait pas d'impact sur le droit aux prestations complémentaires. Les bénéficiaires d'une rente d'invalidité ou de survivants seraient désavantagés par rapport aux retraités, a relevé Benjamin Roduit (C/VS).

Le ministre de la santé Alain Berset a dit comprendre les motivations des initiants, mais a également souligné qu'il n'y avait pas de marge de manoeuvre financière.

A l'argument du manque de financement, la gauche a répondu qu'il s'agissait de choix politiques. Pour les cadeaux aux riches, le démantèlement social, il y a de l'argent, mais pas pour les retraités, a dénoncé Fabian Molina (PS/ZH). 'Nous avons trouvé des milliards pour augmenter le budget de l'armée', a renchéri Raphaël Mahaïm (Vert-e-s/VD).

Prestations complémentaires

'Si vous ne voulez pas de l'initiative, alors proposez un contre-projet!', a lancé Pierre-Yves Maillard au camp bourgeois, sans réponse. Plusieurs élus de droite ont toutefois indiqué qu'il serait plus opportun d'agir par le biais des prestations complémentaires, qui permettent de mieux cibler les personnes dans le besoin.

L'AVS et les prestations complémentaires forment un système éprouvé qui permet de couvrir les besoins vitaux à la retraite, a rappelé Céline Amaudruz (UDC/GE) pour la commission. Il n'y a 'que' 12,5% des retraités qui doivent recourir aux prestations complémentaires, a précise le co-rapporteur Andri Silberschmidt (PLR/ZH). Près de la moitié des personnes qui auraient le droit aux prestations complémentaires ne les demandent pas, a contré Barbara Gysi (PS/SG).

Le Centre a quant à lui suggéré de corriger les injustices vis-à-vis des couples mariés qui ne touchent que 150% d'une rente et non deux. Le parti récolte actuellement des signatures pour une initiative sur ce sujet.

Le dossier passe au Conseil des Etats.

/ATS
 

Actualités suivantes