Le PLR est le premier parti au parlement tessinois

Le Parti libéral radical (PLR) a obtenu le meilleur score lundi pour l'élection du Grand Conseil ...
Le PLR est le premier parti au parlement tessinois

Le PLR est le premier parti au parlement tessinois

Photo: Keystone

Le Parti libéral radical (PLR) a obtenu le meilleur score lundi pour l'élection du Grand Conseil tessinois. Avec 26,7% des voix, il a légèrement devancé la Lega (24,2%) qui a dominé dimanche la course au Conseil d'Etat. Le PDC et le PS reculent (18,5 et 14,7%).

Les Verts quant à eux perdent un siège (6%), l'extrême-gauche passe de un à deux représentants, tandis que le petit parti 'Montagna Viva', qui défend les intérêts des vallées de montagne, fait son entrée au parlement. La participation au scrutin a été de 62,7%.

Le PLR et la Lega sont donc les deux principaux partis, tant au gouvernement qu'au parlement. Ils détiennent la majorité absolue. Le PLR obtient 24 sièges au législatif (+1) et la Lega 22 (+1).

Au centre-droit, le PDC perd deux de ses représentants (de 19 à 17), alors que le PS passe de 14 à 13 députés. 'La Destra', une alliance entre l'UDC et deux petites formations de droite, conserve son siège. En revanche, le Mouvement pour le socialisme (MPC), qui a fait alliance avec le Parti communiste (PC), double son résultat et décroche un second siège.

Gouvernement au masculin

La configuration partisane du gouvernement reste la même. Cependant, fait unique en Suisse, aucune femme n'y est représentée. Avec 27,6% des suffrages, la Lega a conservé ses deux sièges et reconfirmé ses deux représentants Claudio Zali et Norman Gobbi, qui ont obtenu le plus grand nombre de votes préférentiels.

Le PLR a décroché 26,2% des votes, ce qui ne lui a cependant pas suffi pour récupérer le siège perdu en 2011, au détriment de la Lega justement. Le PDC (17,6%) et le PS (14,8%), tous deux en recul, ont toutefois conservé chacun leur siège.

Outre les deux ministres de la Lega, tous les conseillers d'Etat sortants ont été réélus, soit Paolo Beltraminelli du PDC et Manuele Bertoli. La libérale-radicale Laura Sadis, démissionnaire, a été remplacée par l'économiste Christian Vitta, 42 ans. Elle était jusque-là cheffe de groupe PLR au législatif.

Le Tessin est donc devenu le premier canton suisse sans aucune femme au gouvernement. 'Je déplore beaucoup cette situation, le Tessin a fait un pas en arrière, ceci ne devrait jamais arriver', a commenté la présidente de la Commission fédérale pour les questions féminines Etiennette Verrey sur les ondes la Radio Suisse italienne (RSI).

La Lega suscite confiance

Finalement, c'est la droite qui est la grande gagnante de ces élections, caractérisées par une défaite des Verts. La formation a en effet perdu un des deux sièges qu'elle occupait au parlement.

Le PDC et le PS ne sortent pas non plus la tête haute du scrutin. Leurs représentants à l'exécutif ont certes été réélus, mais ils ont perdu respectivement deux et un sièges au parlement.

La Lega reste certes le premier parti gouvernemental et le deuxième au parlement, il recule néanmoins dans certaines communes, comme par exemple dans son fief historique de Lugano.

Ceci étant, malgré la mort il y a deux ans de son fondateur et chef charismatique Giuliano Bignasca, elle a su conserver la confiance de ses électeurs grâce à ses chevaux de bataille favoris, soit les frontaliers, les relations avec l'Italie voisine, la crise économique et le régionalisme identitaire.

Pour la première fois cette année, le souverain tessinois pouvait voter par correspondance lors d'élections cantonales. Plus de 80% des ayants droit ont utilisé cette facilité, qui a cependant donné lieu à deux tentatives de fraude dénoncées au Ministère public de la Confédération.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus