Le PS va également combattre la loi sur le renseignement

Le comité directeur du Parti socialiste a décidé vendredi de soutenir le référendum contre ...
Le PS va également combattre la loi sur le renseignement

Le PS va également combattre la loi sur le renseignement

Photo: Keystone

Le comité directeur du Parti socialiste a décidé vendredi de soutenir le référendum contre la loi sur le renseignement. Ces nouvelles dispositions constituent une porte ouverte à une violation disproportionnée de la sphère privée, estime le PS.

'Des millions d'habitants innocents seront soupçonnés, sans garantie que le service de renseignements se focalise sur les informations spécifiquement recherchées et ignore le reste des données', précise le PS dans un communiqué diffusé vendredi. Le parti de gauche rejoint du même coup le comité référendaire 'Non à l'Etat fouineur'.

Les socialistes siégeant au Conseil des Etats et au Conseil national étaient divisés lors de l'adoption de la loi sur le renseignement en septembre dernier. Ces divergences ont rejailli lors de la réunion du comité directeur.

'On ne communique pas le résultat du vote, mais la décision n'a pas été prise à l'unanimité', a précisé à l'ats la co-secrétaire générale du parti Flavia Wasserfallen.

En septembre dernier, la moitié du groupe socialiste (23 élus) qui siège au National a refusé la loi, tandis que 15 l'ont acceptée et 6 se sont abstenus. Scénario comparable aux Etats, où cinq sénateurs socialistes ont approuvé le texte, alors que quatre l'ont rejeté. Un membre du parti s'est abstenu.

Davantage de surveillance

La nouvelle loi sur les services de renseignements vise à lutter contre le terrorisme. Les référendaires estiment qu'elle offre un blanc-seing 'pour l'espionnage complet de tous par le Service de renseignement de la Confédération' (SRC).

Le texte met à disposition du SRC un nouvel arsenal de mesures telles que la surveillance des communications (courrier, téléphone, emails), l'observation de lieux privés (si nécessaire au moyen de microphones) et la perquisition des systèmes informatiques. En contrepartie, il est prévu de mieux surveiller le SRC.

La récolte des signatures a commencé le 6 octobre. L'échéance pour la collecte est fixée au 16 janvier.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes