Le Valais plébiscite l'initiative contre les grands prédateurs

Le Valais a largement accepté dimanche l'initiative 'pour un canton sans grands prédateurs' ...
Le Valais plébiscite l'initiative contre les grands prédateurs

Le Valais plébiscite l'initiative contre les grands prédateurs

Photo: KEYSTONE/DPA/LINO MIRGELER

Le Valais a largement accepté dimanche l'initiative 'pour un canton sans grands prédateurs' qui ne peut être appliquée en l'état. Il a suivi à une majorité de 62,67% le gouvernement qui soutient cette modification de la Constitution pour envoyer un 'signal' à Berne.

Sans surprise, la population qui avait déjà plébiscité la révision de la loi sur la chasse l'an passé alors qu'elle était refusée par les votants suisses, a également accepté ce texte qui vise les grands prédateurs. 87'088 personnes ont glissé un oui dans les urnes, contre 51'875 non. L'objet a mobilisé un peu plus de 65% de l'électorat.

La Constitution valaisanne comportera un article 14bis ayant la teneur suivante: 'L'Etat édicte des prescriptions relatives à la protection contre les grands prédateurs ainsi qu'à la limitation et à la régulation de leur effectif. La promotion de la population des grands prédateurs est interdite.'

Durant la campagne, tant les opposants au texte que ses partisans ainsi que le Conseil d'Etat avaient admis que l'acceptation de cette initiative ne changerait pas fondamentalement les choses. Le texte n'était pas applicable en l'état puisque la gestion de la population de loups est l'apanage de la Confédération.

'Mandat contraignant'

Toutefois le comité pour le 'oui' a estimé lors de la campagne que l'initiative donnera au canton un 'mandat contraignant' pour tous les aspects qu'il peut gérer seul et enverra parallèlement un 'signal fort' à Berne qui se penche actuellement sur la 'problématique' du retour du loup. De manière à ce que la Confédération aille dans le sens du texte voté par le Valais.

Selon les partisans du texte, l'acceptation de cette initiative permet désormais au canton 'd'augmenter les moyens juridiques et les ressources humaines' dédiées au dossier, légitimant ses actions et lui donnant 'toute la marge de manoeuvre à sa disposition' pour limiter et réguler le loup. Par ailleurs, il peut également compléter les mesures fédérales de protection des troupeaux jugées insuffisantes. Enfin, le Valais peut également interdire toute forme de promotion des grands prédateurs.

Sans être définie, la liste des grands prédateurs englobe les loups, lynx, ours et chacals dorés, 'rien d'autres', ont promis les partisans.

/ATS