Le WEF démarre en douceur mais déjà des rendez-vous pour la Suisse

La réunion du WEF démarre lundi à Davos (GR) par des remises de prix, avant l'ouverture mardi ...
Le WEF démarre en douceur mais déjà des rendez-vous pour la Suisse

Le WEF démarre en douceur mais déjà des rendez-vous pour la Suisse

Photo: KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER

La réunion du WEF démarre lundi à Davos (GR) par des remises de prix, avant l'ouverture mardi par le président de la Confédération Alain Berset. Pour la Suisse, une rencontre avec l'Allemagne et le lancement d'une alliance sur la culture du bâti sont déjà au menu.

Pas encore de discours de dirigeants ou de discussions dans les travées de la station grisonne, mais la traditionnelle récompense de personnalités culturelles pour leur action pour la société. Cette année, l'artiste Maya Lin et la soprano Renée Fleming, toutes deux américaines, sont récompensées aux côtés de l'acteur britannique Idris Elba et de son épouse, également actrice, Sabrina Dhowe Elba.

Mais en termes de contenu, le Forum économique mondial (WEF) débute mardi avec le discours de M. Berset en milieu de matinée. Avant cela, le président de la Confédération aura lancé lundi à la mi-journée une nouvelle Alliance de Davos pour la culture du bâti. Cette initiative doit être formalisée avec une vingtaine de ministres européens de la culture, de même qu'avec des représentants du secteur privé et de la société civile.

Dans la soirée, les conseillers fédéraux Guy Parmelin et Albert Rösti rencontreront leur homologue allemand Robert Habeck. Il y a un an, les deux parties avaient discuté dans la station grisonne de la possibilité de négocier un accord de solidarité sur le gaz. Mais Berlin souhaiterait désormais que cet effort soit mené avec l'Italie. Les ministres devraient évaluer où en est le blocage sur cette question.

Dizaines de réunions pour le Conseil fédéral

Près de 3000 participants sont prévus jusqu'à vendredi dans la station grisonne. Plusieurs dizaines de chefs d'Etat et de gouvernement sont attendus, de même que presque la totalité du Conseil fédéral. Au moins une cinquantaine de rencontres bilatérales sont au programme pour les ministres suisses, dont un tiers environ pour le seul président de la Confédération.

Aucune discussion n'est en revanche au menu avec la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. L'Ukraine restera au sommet des préoccupations dans ces rencontres du gouvernement, alors que la Suisse a entamé son mandat de deux ans au Conseil de sécurité de l'ONU.

Ces dirigeants vont se rassembler en pleines incertitudes internationales, en raison de la pandémie, de l'inflation ou encore de la guerre Ukraine et de la crise énergétique. Pour autant, en dehors du chancelier allemand Olaf Scholz, presque déjà un habitué, aucun chef d'Etat ou de gouvernement de grandes puissances ne fera le déplacement dans la station grisonne.

/ATS
 

Actualités suivantes