Le casse de Bussigny à 2,1 millions de francs devant la justice

Le procès de trois des auteurs du braquage d’un fourgon à Bussigny (VD) survenu fin 2015 pour ...
Le casse de Bussigny à 2,1 millions de francs devant la justice

Le casse de Bussigny à 2,1 millions de francs devant la justice

Photo: KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

Le procès de trois des auteurs du braquage d’un fourgon à Bussigny (VD) survenu fin 2015 pour un butin de 2,1 millions de francs s’est ouvert lundi matin devant le tribunal criminel de Lausanne. Trois complices présumés sont aussi sur le banc des accusés.

Mercredi 30 décembre 2015 vers 19h30, dans les locaux du siège de la société de sécurité privée Protect’Service à Bussigny, deux agents avaient été plaqués au sol, puis ligotés par deux hommes masqués. Ils étaient occupés à charger deux caisses dans leur fourgon de transport de fonds.

Gros montant

A l’intérieur: 2,1 millions de francs en cash, soit la recette de fin d’année d’un magasin d’alimentation. Les braqueurs étaient armés et vêtus d’une combinaison de peintre blanche à capuchon, ainsi que d’un masque noir de ski, selon le communiqué de la police cantonale.

Lundi matin devant le tribunal, seul l’un des deux malfrats - un Brésilien aujourd’hui âgé de 23 ans- s'est trouvé sur le banc des accusés. Le deuxième braqueur, un ouvrier portugais, s’est réfugié dans son pays immédiatement après le casse. Non localisé, il fait l’objet d’une procédure distincte en Suisse.

Cerveau de l'opération

Deux autres jeunes hommes comparaissent également pour brigandage qualifié. Un Brésilien de 28 ans, qui avait joué le rôle de chauffeur le soir des faits ainsi qu’un binational helvético-brésilien de 32 ans (le cousin du premier). Il n’est autre que l’un des deux convoyeurs de fonds braqués.

Cet agent de sécurité a admis en cours d’enquête être le cerveau de l’opération. Ce dernier leur avait remis les sommes de 43'500 et 50'000 francs pour leur participation au casse. Le braqueur réfugié au Portugal avait reçu 100'000 francs.

Coprévenus présents

Trois autres coprévenus sont arrivés libres au tribunal. Ils répondent principalement de blanchiment d’argent et faux dans les titres. Il s’agit de la soeur du trentenaire (une Genevoise de 34 ans), de son fiancé (un chocolatier vaudois de 27 ans), ainsi que la belle-mère de l’initiateur du braquage (une Brésilienne de 50 ans).

/ATS