Le conseiller communal Pierre-André Monnard a démissionné

Le conseiller communal de La Chaux-de-Fonds Pierre-André Monnard a démissionné. Le responsable ...
Le conseiller communal Pierre-André Monnard a démissionné

Le conseiller communal Pierre-André Monnard a démissionné

Photo: Keystone

Le conseiller communal de La Chaux-de-Fonds Pierre-André Monnard a démissionné. Le responsable des finances, qui avait annoncé son retour aux affaires pour le 7 avril, invoque sa 'santé encore défaillante' dans une interview publiée par 'L'impartial' et 'L'Express'.

Pour lui, sa décision n'est pas du tout un aveu de culpabilité. 'Ces dernières semaines, j'étais optimiste. Je me suis senti en voie de guérison et j'ai préparé mon retour à la tête de mon dicastère', explique le libéral-radical. 'Malheureusement, ma convalescence n'est pas aussi rapide qu'espéré'. M. Monnard est en congé maladie depuis plus d'un mois.

Pour avoir déjà vécu un 'burn-out', le politicien pense ne pas encore en être là. 'Je souffre d'une grosse fatigue qui trouve son origine dans les accusations mensongères et irrationnelles proférées à mon égard. J'espère bien me rétablir rapidement', dit-il. Egalement conseiller national, M. Monnard a l'intention de terminer ce mandat à Berne - il ne se représentera pas -, mais sa seule priorité actuelle est de se soigner.

Il aurait pu repousser encore son retour au Conseil communal, note-t-il, 'mais cela aurait consisté à placer mes intérêts personnels avant ceux de la ville et de mes concitoyens. Je m'y refuse et c'est pour éviter de me retrouver dans cette situation - et pour cette raison seulement - que je cède ma place aujourd'hui'.

Le Conseil général dira le 21 avril s'il accepte que cette démission prenne effet immédiatement. Première des viennent-ensuite de la liste PLR, la présidente du Conseil général Sylvia Morel a accepté de le remplacer, a précisé la chancellerie. Jusqu'à son entrée en fonction, dont la date devra être fixée, c'est le conseiller communal Théo Huguenin-Elie qui supplée M. Monnard au dicastère des finances.

Déficit inattendu

M. Monnard est pris dans la tourmente depuis l'annonce en février d'un déficit inattendu de 12 millions de francs dans les comptes 2014. Il est accusé de n'avoir pas réagi après avoir pris connaissance de la baisse des recettes fiscales et d'avoir ignoré les avertissements de son Service financier. Depuis, les appels à sa démission se sont multipliés, y compris de son propre parti.

En annonçant, la semaine passée, son retour imminent aux affaires, Pierre-André Monnard l'avait assorti d'exigences, selon le Conseil communal. Le politicien dément: 'Je n'ai jamais posé d'exigences ou demandé à être dessaisi de mes fonctions à la tête des finances'. Il voulait au contraire régler lui-même les problèmes découverts, souligne-t-il dans l'entretien.

'Meurtri et ébranlé'

L'accusation d'être un menteur et un dissimulateur a 'meurtri et ébranlé' Pierre-André Monnard, confie-t-il. 'Je continue à protester de ma bonne foi: avant le 5 février 2015, j'ignorais tout du déficit qui s'annonçait pour les comptes 2014 de la ville'.

Concernant les raisons de ce déficit, le conseiller communal a d'abord suivi la piste d'un écoulement des rentrées fiscales des personnes morales. Mais c'était une mauvaise piste. Selon lui, l'erreur originelle a été commise au moment de l'élaboration du budget.

Au total, environ 12 millions ont été budgétés en trop, dont 6 millions d'impôts comptabilisés deux fois concernant les personnes physiques, 'pour lesquels j'assume ma part de responsabilité', précise M. Monnard. Mais une autre erreur, portant aussi sur 6 millions, provient d'informations fournies par le canton, ajoute-t-il.

Budget validé par six instances

Le grand argentier rappelle aussi que le budget 2014 a été examiné et validé par six instances différentes - le Service financier de la Ville, le Conseil communal, la sous-commission financière du Conseil général, la commission financière, le Conseil général et le Service cantonal des communes. Aucune d'entre elles n'a rien constaté, 'preuve en est que ça ne sautait pas aux yeux!', plaide M. Monnard.

Selon lui, le Service financier 'a commis systématiquement plusieurs erreurs d'interprétation'. Une réforme 'délicate et complexe' de la répartition des impôts entre le canton et les communes est entrée en vigueur début 2014. 'Le Service financier n'a pas su maîtriser ce changement de régime', estime Pierre-André Monnard, qui propose de soumettre cette instance à un audit externe.

Le démissionnaire assume sa part de responsabilités dans les erreurs au sein de son dicastère, 'mais d'autres doivent encore assumer les leurs', glisse-t-il.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus