Le contour politique du Grand Fribourg prend forme

Les acteurs chargés de penser le futur Grand Fribourg ont dévoilé le volet politique de la ...
Le contour politique du Grand Fribourg prend forme

Le contour politique du Grand Fribourg prend forme

Photo: KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ

Les acteurs chargés de penser le futur Grand Fribourg ont dévoilé le volet politique de la fusion. Le Conseil général devrait compter 80 membres, doté d’un secrétariat professionnel, avec un Conseil communal de sept membres professionnels.

Le projet de Grand Fribourg, à savoir une commune de quelque 74'000 habitants, prend forme. Ces temps, les groupes de travail constitués en dévoilent les contours par domaines principaux. Après les finances, l'histoire et l'identité vendredi à Villars-sur-Glâne, c'était lundi au tour des aspects politiques et administratifs d'être présentés lundi à Marly.

Commissions locales

Le groupe de travail politique s'est réuni onze fois en près d'un an et s'est donné comme priorité de veiller au respect de la représentativité. La proposition d'instaurer des commissions locales figure au rang des innovations du processus. Leur périmètre devra être constitué par les communes avant l’entrée en vigueur de la fusion du Grand Fribourg.

Ces commissions, entre 18 et 22, se fonderont sur la population résidante et sur les localités ou les quartiers existants. Elles assumeront deux missions: elles devraient être consultées par l’autorité communale pour les projets les concernant et elles seraient chargées de la coordination avec les associations ou institutions locales. Les membres seraient élus par le peuple.

Période transitoire

En ce qui concerne les autorités politiques elles-mêmes, le groupe de travail propose des dispositions transitoires portant sur deux législatures. Durant les dix premières années après la fusion, les élections se dérouleraient donc dans plusieurs cercles électoraux, afin de garantir la représentativité des différentes communes.

La nouvelle commune aurait ensuite la possibilité de décider le nombre de cercles électoraux à appliquer après le régime transitoire. Sur le plan du législatif, le Conseil général compterait 80 membres. Chaque commune constituerait à titre transitoire un cercle électoral et aurait droit à un maximum de 40 sièges et à un minimum de deux sièges.

Fribourg devant

Grosse entité de la fusion, avec un peu plus de la moitié de la population, la ville de Fribourg y enverrait du coup 40 députés. Villars-sur-Glâne, et ses quelque 12'000 âmes, y déléguerait 13 représentants. Il y en aurait 9 pour Marly, 4 pour Granges-Paccot et Belfaux, 3 pour Givisiez et Corminboeuf et 2 pour Avry et Matran.

Le législatif serait en outre doté d'un secrétariat professionnel, avec l'idée de lui permettre de jouer pleinement son rôle, ont insisté les intervenants. Quant au Conseil communal, il devrait compter sept membres professionnels, élus à la proportionnelle, soit le même chiffre que pour le Conseil d'Etat. L'exécutif dénombrerait du coup deux membres de plus que l'exécutif actuel de Fribourg.

Ouvrir la discussion

A ce stade, le groupe de travail avance deux variantes à mettre en consultation, histoire 'd'ouvrir la discussion'. L'une d'elles donnerait quatre sièges à la ville de Fribourg, et ses 38'000 habitants, et l'autre quatre aux autres communes parties prenantes à la fusion. Ces variantes impliquent des cercles électoraux différents.

L’Assemblée constitutive se prononcera début avril sur le catalogue de mesures proposées lundi à Marly. D'autres points de presse sont agendés pour aborder les autres points. Ensuite, le projet sera mis en consultation. Avec ses près de 75'000 habitants, le Grand Fribourg constituerait près d'un quart de la population cantonale.

/ATS
 

Actualités suivantes