Le flirt traditionnel a encore la cote chez les « digital natives »

Pour plus de 85% des 'digital natives' Internet joue un rôle important, voire indispensable ...
Le flirt traditionnel a encore la cote chez les « digital natives »

Le flirt traditionnel a encore la cote chez les

Photo: Keystone

Pour plus de 85% des 'digital natives' Internet joue un rôle important, voire indispensable. Mais le web n'influence pas tous les domaines de la vie de la même façon. Les jeunes privilégient même toujours les méthodes traditionnelles pour les flirts et les rencontres.

Même si cette génération n'a pas connu la vie sans Internet, sa façon de l’utiliser se révèle 'extrêmement hétérogène', selon le baromètre 2015 sur la jeunesse, publié jeudi par Credit Suisse (CS).

En effet, les jeunes choisissent les services, transactions ou processus qu'ils veulent effectuer en ligne ou en personne, révèle cette enquête, réalisée entre avril et juin aux Etats-Unis, Brésil, Singapour et en Suisse, chaque fois auprès 1000 jeunes âgés de 16 à 25 ans. Celle-ci s'est notamment intéressée à leur identité numérique.

Recherche d'emploi, paiements et comparaison de produits se font en ligne en Suisse. En revanche dans la dernière catégorie, Américains, Brésiliens et Singapouriens préfèrent se déplacer.

Chose qualifiée d'étonnante par le CS, les 'digital natives' émettent tout de même des réserves vis-à-vis d’Internet. Ainsi, 79% des jeunes Suisses y voient des avantages sur le plan personnel, mais ils sont aussi 66% à n'être pas convaincus que cette interconnectivité toujours croissante soit positive pour la société.

WhatsApp détrône Facebook

Facebook joue un rôle central pour tous les thèmes numériques. Plus de la moitié des jeunes interrogés pensent même que le réseau social change le monde. Mais contre toute attente, la plate-forme est en perte de vitesse. WhatsApp fait désormais la course en tête, sauf aux États-Unis, écrit CS.

Le développement de la toile se fait également aux dépens de la télévision. En Suisse, sa popularité a chuté de 80% à 62% en l’espace de cinq ans. La plate-forme vidéo YouTube a la cote dans les quatre pays analysés. Depuis 2010, la radio conserve un niveau constant, du moins en Suisse.

La génération Y désire un peu de tout. Les jeunes aspirent à un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée, et souhaitent multiplier les expériences, révèle le baromètre. Quant à l'avenir, les jeunes interrogés, nés entre 1990 et 1999, le voient sereinement.

Etrangers au coeur des préoccupations

Les Suisses sont les plus optimistes: 64% d'entre eux sont confiants sur le sujet. En revanche, les préoccupations concernant les étrangers et en particulier les réfugiés n'ont cessé d'augmenter.

Quelque 51% des jeunes considèrent l’immigration comme le principal problème du pays, contre 44% en 2010. Ils sont 38% à exprimer des inquiétudes concernant les demandeurs d’asile, contre 22% en 2010.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes