Le futur président des Vert'libéraux veut une Suisse ouverte

Jürg Grossen, seul candidat à la présidence des Vert'libéraux (PVL), entend renforcer son parti ...
Le futur président des Vert'libéraux veut une Suisse ouverte

Le futur président des Vert'libéraux veut une Suisse ouverte

Photo: Keystone

Jürg Grossen, seul candidat à la présidence des Vert'libéraux (PVL), entend renforcer son parti avec de nouveaux thèmes. Il plaide pour moins d'interdits et une Suisse ouverte et veut en outre que sa formation prenne la voie du libéralisme et du progressisme.

L'ouverture et les relations internationales doivent se trouver au coeur du PVL, estime M. Grossen dans des entretiens diffusés vendredi par plusieurs journaux alémaniques. Le conseiller national bernois, âgé de 48 ans, doit être élu samedi à la présidence des Vert'libéraux.

Le parti se battra également pour plus de concurrence et de libéralisme, plaide encore l'entrepreneur en électricité. Comme exemple, il cite le service de location de voiture avec chauffeur Uber ou la plate-forme de réservation Booking.com. La gauche et la droite appellent à leur interdiction, critique-t-il.

La Suisse se repaît

Pour ce père de trois enfants, la Suisse se comporte actuellement comme un asticot dans la fine tranche de lard des prochaines générations: elle se repaît.

Si la protection de l'environnement et l'économie pouvaient être unies, la planète pourrait être sauvée, poursuit-il. Il pointe la bureaucratie écrasante dans la protection de l'environnement, due, selon lui, à la gauche et aux Verts.

M. Grossen fixe comme objectif minimal du PVL aux élections fédérales de 2019 de dépasser à nouveau la barre des 5% et de gagner de nouveaux sièges. Pour le futur, il voit les Vert'libéraux représenter une force déterminante, avec 10 à 15% des voix.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus