Le lancement de CHEOPS est reporté d'au moins 24 heures

Le lancement du télescope CHEOPS par la Suisse et l'Agence spatiale européenne (ESA) est reporté ...
Le lancement de CHEOPS est reporté d'au moins 24 heures

Nouvel essai de lancement du satellite suisse CHEOPS mercredi

Photo: KEYSTONE/EPA/ATG MEDIALAB / ESA HANDOUT

La défaillance d'un composant a entraîné mardi l'arrêt du compte à rebours pour le lancement du télescope CHEOPS par la Suisse et l'Agence spatiale européenne (ESA). L'élément a été remplacé. Un nouvel essai de lancement est prévu mercredi à 09h54 heure suisse.

Le lancement de la fusée Soyouz était initialement prévu à 09h54 (suisse) mardi de Kourou en Guyane française.

Le compte à rebours a été interrompu une heure et vingt-cinq minutes avant l'envol. Raison invoquée: un problème de logiciel au niveau de l'étage supérieur de la fusée, selon une journaliste de Keystone-ATS sur place. C'est là que se trouvent les satellites.

Après avoir analysé le problème, Arianespace a indiqué en fin de soirée heure suisse que l'arrêt du processus était dû à une pièce d'équipement défectueuse, sans fournir plus de détails. Cette pièce a été depuis remplacée.

'Lors des dernières opérations avant le décollage du lanceur Soyouz ST-A avec un groupe d'engins spatiaux commerciaux, les équipements automatisés ont détecté une défaillance des systèmes de contrôle', avait auparavant affirmé l'agence spatiale russe Roskosmos dans un communiqué publié sur son site Internet.

Au plus tard jeudi

La fenêtre de tir est à 09h54, à la seconde près. Le lancement doit se faire au plus tard d'ici jeudi, faute de quoi il sera reporté à l'an prochain.

Le réservoir des boosters - le premier étage de la fusée - a en effet été vidé après l'interruption du compte à rebours, et cette procédure ne peut pas être répétée plus de deux fois, au risque de créer des problèmes de joints, a précisé à Keystone-ATS Daniel Neuenschwander, directeur du transport spatial à l'ESA. La fusée devrait alors être désinstallée pour subir un examen.

4000 exoplanètes

CHEOPS (abréviation de CHaracterising ExOPlanet Satellite) est un projet de l’ESA et de la Suisse. Ses objectifs consistent à étudier les exoplanètes en observant les étoiles autour desquelles elles orbitent.

Près de 4000 exoplanètes - orbitant autour d'une étoile autre que le Soleil - ont été détectées depuis la découverte de la première, 51 Pegasi b, il y a 24 ans par les Prix Nobel de physique 2019 Michel Mayor et Didier Queloz.

L'objectif de CHEOPS n'est pas d'aller en débusquer de nouvelles mais d'analyser celles déjà identifiées pour tenter de comprendre de quoi elles sont faites. C'est là un pas dans la longue quête de formes de vie extraterrestre, mais aussi des origines de la Terre.

La 'banlieue proche' du Soleil

Embarqué dans un satellite, le télescope orbitera à 700 kilomètres au-dessus de la Terre pour ne pas subir les perturbations de l'atmosphère, et accèdera à tout le ciel, Soleil dans le dos.

Sa cible: Proxima du Centaure, 55 Cancri, Koro 1... au moins 400 systèmes planétaires, distants de quelques centaines d'années-lumière - la 'banlieue proche' du Soleil à l'échelle de la Voie lactée.

Les données récoltées par CHEOPS, combinées à des informations récoltées par les télescopes au sol, permettront de mesurer la densité, paramètre essentiel pour déterminer la composition de la planète. Un critère fondamental pour définir la probabilité qu'une planète puisse héberger la vie. Mais la mission étudiera aussi les planètes dites 'non-habitables', pour comprendre leur diversité.

Le lanceur moyen Soyouz doit également déployer le satellite d'observation de la Terre COSMO-SkyMed Second Generation, pour l'Agence spatiale italienne (ASI) et le ministère de la Défense italien. Il emporte trois charges auxiliaires: les nanosatellites français Angels et Eyesat, et l'autrichien Ops-Sat.

/ATS
 

Actualités suivantes