Le master en médecine fribourgeois plébiscité au Grand Conseil

Le canton de Fribourg se dotera bel et bien d'un master en médecine. Le Grand Conseil a plébiscité ...
Le master en médecine fribourgeois plébiscité au Grand Conseil

Le master en médecine fribourgeois plébiscité au Grand Conseil

Photo: Keystone

Le canton de Fribourg se dotera bel et bien d'un master en médecine. Le Grand Conseil a plébiscité ce projet qui met l'accent sur la médecine de famille, domaine dans lequel les besoins suisses sont grands. Une volée de 40 étudiants devrait commencer à l'automne 2019.

Les députés ont donné mercredi, à la quasi unanimité, leur feu vert à un crédit de 32,9 millions de francs pour les années 2018 à 2022. Le canton table ensuite sur un coût annuel de 5,9 millions une fois que le programme sera en place. Le projet nécessite une soixantaine de nouveaux postes. Il faudra aussi un nouveau bâtiment.

Fribourg propose déjà un bachelor sur trois ans. Développer un master sera favorable au positionnement de l'Université de Fribourg et de l'Hôpital fribourgeois dans le paysage suisse, se réjouissent le gouvernement cantonal ainsi que tous les groupes parlementaires.

L'offre fribourgeoise se veut toutefois originale et complémentaire. Il est exclu d'entrer en concurrence avec les facultés de médecine ou avec les hôpitaux universitaires des autres cantons, a souligné le conseiller d'Etat en charge de la formation Jean-Pierre Siggen.

Le choix de spécialisation sera laissé libre, mais le programme s'orientera résolument vers la médecine de famille. Un Institut de médecine de famille sera créé, regroupant quatre professeurs et leurs équipes.

Pénurie suisse

Le projet contribuera à garantir une relève médicale durable dans le canton et en Suisse, a commenté Anne-Claude Demierre, conseillère d'Etat en charge de la santé. De quoi améliorer la couverture de la population en soins, notamment dans les régions périphériques.

Depuis de nombreuses années, le système de santé helvétique fait beaucoup appel aux médecins étrangers pour combler le manque de relève indigène. En proportion de sa population, la Suisse forme sensiblement moins de médecins que d'autres pays. Les besoins sont particulièrement marqués dans la médecine de premier recours.

Les facultés de médecine ont augmenté récemment leurs capacités pour atteindre 1055 places en 2016. Mais c'est insuffisant pour la Confédération, qui vise 1300 diplômes par an en 2025. Elle prévoit un programme spécial doté de moyens supplémentaires à hauteur de 100 millions de francs. Fribourg espère décrocher 6 millions.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus