Le meurtrier de Würenlingen était libre sur décision des médecins

L'homme de 36 ans qui a abattu quatre personnes samedi soir à Würenlingen, dans le canton d'Argovie ...
Le meurtrier de Würenlingen était libre sur décision des médecins

Le meurtrier de Würenlingen était libre sur décision des médecins

Photo: Keystone

L'homme de 36 ans qui a abattu quatre personnes samedi soir à Würenlingen, dans le canton d'Argovie, avant de se suicider avait été placé en clinique psychiatrique fin mars. Sur décision des médecins, il en était sorti neuf jours avant son crime.

Placé de force dans une clinique privée à Littenheid, dans le canton de Thurgovie, le 24 mars pour mise en danger de sa propre personne et d'autrui, le jeune père de famille ne s'y trouvait plus en thérapie stationnaire depuis le 30 avril, a indiqué à l'ats une porte-parole de l'établissement. Le traitement ambulatoire suivait en revanche son cours.

Suite à son placement de force, le trentenaire avait fait recours contre cette mesure. La justice l'avait débouté le 15 avril tout en précisant que l'homme devait être libéré si le traitement se poursuivait favorablement et si des mesures préventives étaient prises pour la suite.

Aucun signe avant-coureur

La thérapie stationnaire s'est 'bien déroulée', a précisé la porte-parole. 'Aucun signe' ne laissait présager le drame, l'état psychique du patient s'étant 'nettement amélioré'.

Deux jours de congé lui avaient été accordés avec succès durant le traitement. Comme le patient coopérait dans le calme et avec amabilité, sans se faire remarquer, l'internement psychiatrique du père de famille a finalement été levé. Un médicament d'une durée d'efficacité de deux semaines lui a été administré avant sa sortie.

L'homme avait déjà effectué un séjour de trois semaines dans la clinique thurgovienne en 2001. Il y avait ensuite passé quelques jours volontairement en 2013.

Perquisitions sans résultat

La police et l'autorité de protection de l'enfant et de l'adulte (APEA) étaient intervenues en mars dernier auprès de la famille du meurtrier domiciliée dans le canton de Schwyz. Alertée à plusieurs reprises, l'APEA de la région d'Ausserschwyz a placé les trois enfants, mis en danger par leur père, dans des institutions, indique-t-elle sans révéler où se trouve l'épouse du meurtrier.

Une perquisition a alors été menée au domicile familial pour rechercher d'éventuelles armes. Aucune n'a toutefois été trouvée, mais le père de famille au chômage a été placé en clinique. D'autres perquisitions menées en mars 2012 n'avaient pas non plus donné de résultats.

Procédure classée en 2007

Le drame a eu lieu samedi soir à deux endroits différents dans un quartier résidentiel à Würenlingen. Le meurtrier a d'abord abattu son beau-père de 58 ans, sa belle-mère de 57 ans et son beau-frère de 32 ans.

Tout près de là, le meurtrier a ensuite tué un voisin de 46 ans avant de se tirer une balle dans la tête.

Citoyen suisse depuis 2004, l'homme d'origine turque était connu de la police schwyzoise. Aucune enquête pénale n'était toutefois ouverte contre lui. Une procédure ouverte en 2007 pour lésion corporelle, voie de faits, insultes et violences avait été classée sans suite, dit la police cantonale.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus