Le nouvel exécutif genevois prête serment dans la cathédrale Saint-Pierre

Le Conseil d'Etat genevois a prêté serment jeudi à la cathédrale Saint-Pierre. Dans son discours ...
Le nouvel exécutif genevois prête serment dans la cathédrale Saint-Pierre

Le nouvel exécutif genevois prête serment dans la cathédrale Saint-Pierre

Photo: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Le Conseil d'Etat genevois a prêté serment jeudi à la cathédrale Saint-Pierre. Dans son discours très attendu, le président de l'exécutif Pierre Maudet a placé la mobilité en tête des priorités de la législature à venir.

Le nouvel homme fort du Conseil d'Etat a immédiatement cité la concrétisation à venir du Léman Express qu'il faudra accompagner d'une 'politique des transports forte' donnant 'un élan durable aux déplacements non polluants'. Or le renforcement de la mobilité dans toute l'agglomération du Grand Genève doit s'accompagner d'un déplacement des 'limites mentales'.

La culture a été placée au troisième rang des priorités de la deuxième législature de la nouvelle Constitution genevoise. Saluant la richesse des scènes et de ses créateurs, Pierre Maudet a cité les bâtiments en construction de la Nouvelle Comédie et du Théâtre de Carouge que les autorités devront soutenir financièrement pour leur permettre 'd'enrichir le dialogue et la réflexion sur le vivre-ensemble'.

Le président de l'exécutif a ensuite évoqué la politique sanitaire, la recherche, la formation, la Genève internationale, avec l'ambition de 'placer Genève et la Suisse au coeur de l'action environnementale des Nations'. Il a aussi mentionné la dette cantonale, appelant de ses voeux une économie créatrice d'emplois. Il a aussi parlé des technologies numériques et du vieillissement de la population.

'Coalition' et 'compromis'

Pour mener à bien ces politiques, l'exécutif souhaite une 'alliance renouvelée' entre le peuple et les autorités, les trois pouvoirs, à tous les échelons institutionnels et avec la région. Les partis 'doivent gouverner en coalition', a déclaré d'emblée Pierre Maudet. Le renforcement des partis traditionnels aux élections du printemps traduit cette attente du peuple, 'fatigué des luttes stériles.'

Comme modèle de compromis 'patiemment élaboré', M. Maudet a cité le programme de régularisation des travailleurs sans papiers Papyrus, dont il est l'artisan. Selon lui, cet exemple prouve qu'il est possible d'abandonner les 'postures de principe' et d'appliquer une 'méthodologie qui dépasse les clivages'.

Il reviendra au nouvel exécutif de trouver une nouvelle manière de 'travailler ensemble, en binôme, en délégation ou encore en collège.' Mais le Conseil d'Etat va aussi proposer au Grand Conseil un 'contrat de législature' qui devra 'sceller une vision commune de notre destinée immédiate.' En outre, la population sera consultée sur ses visions pour le canton à l'horizon 2050.

Edifice laïque

La cérémonie protocolaire a débuté avec l'entrée des membres du parlement, au son d'une symphonie de Bach. Le corps de police, le bureau du Grand Conseil, le procureur général, des élus fédéraux ainsi que des représentants d'autres cantons, du Pouvoir judiciaire, de la Cour des comptes, des autorités communales et ecclésiastiques y assistaient. Les places pour la population n'étaient pas toutes occupées.

A l'appel de leur nom, les sept conseillers d'Etat ont levé la main droite et juré ou promis fidélité à la République, puis l'assemblée a chanté 'Cé qu'è lainò', l'hymne du canton. Le nouvel exécutif compte cinq sortants: Pierre Maudet (PLR), Mauro Poggia (MCG), Serge Dal Busco (PDC), Antonio Hodgers (Verts) et Anne Emery-Torracinta (PS). Nathalie Fontanet (PLR) et Thierry Apothéloz (PS) sont les nouveaux élus.

La cathédrale Saint-Pierre accueille les cérémonies de prestation de serment des conseillers d'Etats depuis 1827. Cet imposant édifice, situé au coeur de la Vieille-Ville, est rendu laïc pour l’occasion. Il était pavoisé des armoiries des 48 communes genevoises.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus