Christa Markwalder et Raphaël Comte fêtés en leurs terres

Les Neuchâtelois ont célébré mercredi l'accession de Raphaël Comte à la présidence du Conseil ...
Christa Markwalder et Raphaël Comte fêtés en leurs terres

Christa Markwalder et Raphaël Comte fêtés en leurs terres

Photo: Keystone

Les Neuchâtelois ont célébré mercredi l'accession de Raphaël Comte à la présidence du Conseil des Etats. L'élu libéral-radical a déjoué sa réputation austère par des propos teintés d'humour. Les Bernois ont fait de même avec Christa Markwalder, présidente du National.

Les festivités avaient débuté à la mi-journée au Palais fédéral. Christa Markwalder et Raphaël Comte ont accueilli ensemble leurs convives dans la salle des pas perdus en présence des gouvernements bernois et neuchâtelois. Leurs chemins se sont ensuite séparés.

Raphaël Comte est arrivé à Neuchâtel peu avant 15h00 en train, accompagné notamment par le conseiller fédéral Didier Burkhalter et par le Conseil d'Etat neuchâtelois. Entouré d'une ribambelle de personnalités politiques, il a marché jusqu'au centre-ville au son d'une fanfare, et sous les applaudissements des citoyens assemblés le long des rues.

Lors de la cérémonie officielle au Temple du Bas, M. Comte a plaisanté devant des centaines d'invités: 'discret', 'sérieux', 'terne', 'aussi expressif qu'un crustacé': voilà comment de nombreux médias brossaient jusque-là son portrait. A lire ces descriptions, 'j'hésiterais presque à passer mes vacances avec moi-même !', a commenté ironiquement le principal intéressé.

'Oui je suis ennuyeux, je le confesse. Mais j'ai une bonne excuse: je suis neuchâtelois', a poursuivi Raphaël Comte. 'Mettez 50 Neuchâtelois côte à côte et vous obtiendrez 50 nuances de gris.'

Connecté à l'essentiel

Didier Burkhalter, enfant du pays, a dépeint Raphaël Comte comme un homme indépendant, connecté à l'essentiel, à la vraie politique, et déconnecté des futilités. 'Tu t'intéresses aux institutions comme un horloger à une montre - là encore dans la plus belle tradition neuchâteloise', lui a-t-il dit.

S'adressant au juriste qui accède au perchoir de la Chambre des cantons à 36 ans, le chef de la diplomatie suisse a rappelé que d'illustres Neuchâtelois ont aussi servi les institutions 'en se moquant de l'âge'. Parmi ceux-ci, Numa Droz, élu encore plus jeune à la même fonction il y a 140 ans, avant d'être rapidement propulsé au Conseil fédéral. 'A toi de voir si cela t'inspire', a-t-il dit en souriant.

Peu de Casse-écuelles

Après la cérémonie à Neuchâtel, en fin d'après-midi, Raphaël Comte s'est rendu dans sa commune de Corcelles-Cormondrèche, à 5 kilomètres à l'ouest du chef-lieu cantonal. La localité compte quelque 5000 habitants répondant aux doux noms de Casse-écuelles et Cormontants.

Le cortège officiel y a défilé dans des rues quasi désertes, à part quelques badauds engourdis par des températures glaciales. En début de soirée, Raphaël Comte et de nombreux représentants des autorités ont participé à une réception ouverte à la population.

Raphaël Comte a été élu lundi à la présidence du Conseil des Etats par 44 voix sur 44 bulletins valables. Il succède au socialiste jurassien Claude Hêche. C'est l'un des plus jeunes sénateurs à accéder à cette fonction dans l'histoire récente.

Folklore bernois

Outre-Sarine, le canton de Berne et la ville de Berthoud ont célébré Christa Markwalder. Selon le souhait de l'élue, le cortège a fait un arrêt sur le chemin dans le petit village emmentalois de Lützelflüh, 'afin que les invités profitent aussi du côté rural du canton'. Musique et chants folkloriques étaient notamment au programme.

A Berthoud, la fête s'est poursuivie sous le signe de la culture et des flonflons. L'orchestre local, au sein duquel Christa Markwalder joue du violoncelle, a ainsi résonné durant la partie officielle de la célébration. Elle était auparavant allée à la rencontre de la population sur une place de la vieille ville.

Lors des discours officiels, le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann, Bernois lui aussi, a félicité Mme Markwalder au nom du gouvernement. Il lui a souhaité, en la comparant avec le massif château de Berthoud, de rester calme et stoïque et d'avoir de la hauteur de vue.

Christa Markwalder a été élue par 159 voix sur 183 bulletins valables pour succéder au socialiste valaisan Stéphane Rossini. C'est la seconde fois depuis 1993 qu'une Bernoise devient première citoyenne de Suisse après Gret Haller.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes