Le président du PLR favorable à un deuxième conseiller fédéral UDC

Le président du PLR Philipp Müller n'est pas contre un deuxième conseiller fédéral UDC. Mais ...
Le président du PLR favorable à un deuxième conseiller fédéral UDC

Le président du PLR favorable à un deuxième conseiller fédéral UDC

Photo: Keystone

Le président du PLR Philipp Müller n'est pas contre un deuxième conseiller fédéral UDC. Mais il pose des conditions: pour être éligible par son parti, le candidat doit soutenir les accords bilatéraux avec l'UE et la Convention européenne des droits l'homme.

'Pour l'élection d'un deuxième représentant de l'UDC au Conseil fédéral, tout dépendra de la personne que proposera le parti. Mais je peux m'imaginer qu'il y aura des tabous politiques pour le groupe parlementaire', a déclaré Philipp Müller dans une interview à la SonntagsZeitung. 'Je pense qu'un candidat qui remet en cause la Convention des droits de l'homme aura de la peine à convaincre le groupe parlementaire PLR'.

Et les accords bilatéraux constituent aux yeux de Philipp Müller une part centrale voire indispensable de la politique étrangère de la Suisse. Le groupe parlementaire du PLR interrogera précisément tout candidat au Conseil fédéral sur sa position sur ce point, selon le président du PLR. 'C'est clair: le soutien aux bilatérales jouera un rôle important' pour l'élection au Conseil fédéral.

Philipp Müller n'a rien voulu dire sur les éventuelles candidatures du président du groupe parlementaire UDC, Adrian Amstutz, et du président du parti cantonal grison et conseiller national Heinz Brand: 'Attendons de savoir qui sera vraiment proposé'.

Et de blaguer: le président de l'UDC Toni Brunner lance constamment des noms. A cela Philipp Müller ne peut que dire: 'Toni, continue, tu as encore bien des gens que tu peux proposer.'

Interrogé sur la composition du Conseil fédéral et donc sur le sort réservé à la ministre des finances Eveline Widmer-Schlumpf (PBD), Philipp Müller déclare: 'La formule magique qui prévoit deux représentants des trois plus grands partis est sensée. Mais l'élection au Conseil fédéral est aussi un choix de personne'.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus