Les Fribourgeois ne voteront pas sur le Centre Islam et Société

La population fribourgeoise ne votera pas sur le Centre Suisse Islam et Société (CSIS) de l'Université ...
Les Fribourgeois ne voteront pas sur le Centre Islam et Société

Les Fribourgeois ne voteront pas sur le Centre Islam et Société

Photo: Keystone

La population fribourgeoise ne votera pas sur le Centre Suisse Islam et Société (CSIS) de l'Université de Fribourg. Le Grand Conseil a déclaré vendredi la nullité de l'initiative constitutionnelle déposée par l'UDC, pour cause de violation de la Constitution fédérale.

Dans une atmosphère tendue, les députés ont voté le décret d'invalidité par 63 voix contre 18 (tous UDC sauf 1 PLR) et 1 abstention. L'initiative déposée l'été dernier avait recueilli environ 9000 signatures, un tiers de plus que les 6000 nécessaires.

Mais début 2016, le Conseil d'Etat a annoncé qu'il recommandait au parlement cantonal de l'invalider, se fiant à deux avis de droit négatifs. La commission parlementaire s'est prononcée dans le même sens par huit voix contre deux oppositions (issues de députés UDC).

Experts sceptiques

Car le texte est contraire à la Constitution fédérale, ont jugé deux experts en droit constitutionnel, Pascal Mahon de l'Université de Neuchâtel et Benjamin Schindler de l'Université de St-Gall. Selon eux, il est discriminatoire, étant basé sur une différence confessionnelle et orienté contre les personnes d'une seule religion.

Les initiants dénonçaient une éventuelle future formation d'imams. Et selon eux, l'Etat n'a pas à financer une formation théologique concernant une religion qui ne bénéficie pas du statut de droit public.

Dialogue interreligieux

En réalité, cet institut qui existe depuis 2015 est dédié à la recherche et au dialogue interreligieux. Il y a déjà eu notamment des cours sur l'éthique sociale chrétienne et islamique en Europe.

Le centre veut aussi offrir, aux personnes de référence des communautés musulmanes, des connaissances utiles à l'intégration dans l'environnement suisse. Il s'adresse également aux personnes qui, dans leur métier, sont en contact avec des musulmans. Il y aura ainsi en mai un colloque sur l'assistance spirituelle hospitalière.

Il est soutenu financièrement par divers partenaires, parmi lesquels le Secrétariat d’Etat pour la migration dans le domaine de la formation continue, le Service de lutte contre le racisme, ou encore la Fondation Mercator Suisse.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus