Les Jardins botaniques se penchent sur les néophytes envahissantes

Les néophytes envahissantes seront mises en lumière dans 22 Jardins botaniques de Suisse du ...
Les Jardins botaniques se penchent sur les néophytes envahissantes

Les Jardins botaniques se penchent sur les néophytes envahissantes

Photo: KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

Les néophytes envahissantes seront mises en lumière dans 22 Jardins botaniques de Suisse du 12 juin au 11 juillet. Après une édition réduite en 2020 en raison du coronavirus, BOTANICA prévoit cette année plus de 70 manifestations, pour la plupart gratuites.

Les Jardins botaniques ne cultivent que quelques néophytes envahissantes, pour éviter d'éventuelles disséminations. Et pourtant, ils s'intéressent à cette problématique, indiquent-ils mercredi dans un communiqué.

Les néophytes sont les espèces végétales introduites dans de nouvelles régions, volontairement ou non, après l'an 1500 de notre ère. Elles sont considérées comme envahissantes lorsqu'elles se répandent largement, aux dépens des espèces indigènes.

Le buddléa de David ou le laurier-cerise prospèrent dans de nombreux jardins. D'autres espèces envahissantes, comme l'ambroisie à feuilles d'armoise ou la renouée du Japon, se répandent de plus en plus dans les champs et le long des routes. Elles représentent l'une des plus grandes menaces pour la biodiversité, expliquent les Jardins botaniques.

Ces plantes peuvent causer des problèmes de santé pour les êtres humains, comme des allergies ou des intoxications. Elles peuvent aussi provoquer des dommages économiques, tels que des dégâts sur des bâtiments ou des pertes de rendement ou de qualité dans l'agriculture et la foresterie.

Divers événements

Pour sensibiliser le public à cette problématique, les Jardins botaniques prévoient des visites guidées, des conférences, des excursions ou encore des expositions sur le thème 'Néophytes envahissantes - changement climatique et règne végétal'. Ils publient aussi un guide présentant 22 portraits de néophytes envahissantes avec leurs effets possibles sur les espèces indigènes.

Les 22 Jardins botaniques participant à l'initiative BOTANICA proviennent de toutes les régions linguistiques. Le but est de faire connaître à un large public les questions botaniques et de le sensibiliser à la protection de la nature.

En Suisse romande, y figurent notamment les Jardins botaniques de Genève, Lausanne, Neuchâtel, Fribourg et Porrentruy (JU). Ainsi que le Papiliorama de Chiètres (FR), l'Arboterum d'Aubonne (VD) ou encore le Jardin botanique alpin La Linnaea à Bourg-St-Pierre (VS).

58 néophytes envahissantes en Suisse

La Suisse compte près de 1600 espèces végétales indigènes, auxquelles s'ajoutent plus de 600 néophytes souvent sans conséquences négatives sur la biodiversité, lit-on dans le communiqué. Cinquante-huit de ces néophytes sont considérées comme envahissantes ou potentiellement envahissantes.

L'Union internationale pour la protection de la nature (IUCN) a établi une liste des cent espèces envahissantes les plus nuisibles dans le monde. Des plantes indigènes de Suisse et d'Europe y figurent, posant de graves problèmes sur d'autres continents, rappellent les Jardins botaniques.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus