Les agresseurs de Saint-Jean écopent de 12 et 15 ans de prison

Le Tribunal criminel de Genève a condamné mercredi les deux auteurs majeurs de la sauvage agression ...
Les agresseurs de Saint-Jean écopent de 12 et 15 ans de prison

Les agresseurs de Saint-Jean écopent de 12 et 15 ans de prison

Photo: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Le Tribunal criminel de Genève a condamné mercredi les deux auteurs majeurs de la sauvage agression de Saint-Jean à respectivement 12 et 15 ans de prison. L'un a été reconnu coupable de deux tentatives d'assassinat, l'autre d'une seule.

La plus lourde peine a été infligée à l'accusé considéré comme le pilier de la bande de cinq jeunes qui avait attaqué avec une brutalité inouïe deux trentenaires, une nuit de janvier 2017, dans le quartier de Saint-Jean. Agé de 20 ans aujourd'hui, ce meneur dans l'âme avait asséné des coups à la tête de ses victimes avec une batte de baseball.

L'autre prévenu, également âgé de 20 ans aujourd'hui, a été reconnu coupable d'avoir pris le risque de tuer l'un des malheureux en lui donnant des coups de pied de type penalty à la tête, alors que celui-ci gisait inerte à terre. Pour l'autre victime, il n'a été condamné que pour agression, car rien ne prouve qu'il l'a frappée.

Violence gratuite

La faute commise par les deux prévenus est extrêmement lourde, a souligné le président du Tribunal criminel de Genève Vincent Fournier. Les jeunes hommes, qui ont commis l'agression avec trois autres comparses qui étaient mineurs au moment des faits, s'en sont pris à des personnes qui ne leur avaient rien fait.

Ils se sont accaparé la violence comme un signe d'appartenance à leur groupe, plaçant ce dernier, surnommé les 'Brathers', au-dessus de tout, selon le tribunal. Les membres de la bande se sont acharnés sur les deux victimes et n'ont pris la fuite que lorsqu'ils ont entendu les sirènes des voitures de la police.

Après les faits, les agresseurs ont fait preuve de cynisme et d'arrogance, a relevé M.Fournier lors de la lecture du jugement. Ils ont espéré l'impunité de leurs actes et ont repris le cours normal de leur vie. Personne n'a parlé. Quatre jours après l'agression, la bande évoquait même l'idée de passer des vacances à Malte.

La batte a disparu

Les cinq agresseurs n'ont été arrêtés que six mois après les faits, grâce à des écoutes téléphoniques. La batte qui a servi à frapper les victimes au visage n'a jamais été retrouvée. Le tribunal a souligné la mauvaise collaboration des deux prévenus à la procédure et leurs mensonges et dissimulations répétés.

Les juges n'ont retenu comme circonstance atténuante que le trouble de la personnalité dont souffre le chef présumé de la bande et qui restreint légèrement sa responsabilité. Ils ont en revanche écarté la thèse de l'alcoolisation des prévenus au moment des faits, aucun témoignage n'apportant crédit à cette thèse.

Le verdict du Tribunal criminel a suivi dans les grandes lignes le réquisitoire du procureur Dario Nikolic, qui avait demandé des peines de 14,5 et 14 ans de prison. Le procureur aurait en revanche souhaité la reconnaissance d'une coactivité pleine et entière des deux accusés, les coups portés par l'un étant acceptés par l'autre.

Mise en détention des prévenus

La défense avait plaidé, de son côté, l'agression, soulignant qu'il n'y avait pas de volonté de la part des prévenus de tuer ou d'avoir conscience du risque de le faire. Elle n'a pas été entendue. A l'issue de l'audience, le procureur a demandé et obtenu la mise en détention des accusés, qui comparaissaient libres à leur procès, un bracelet électronique fixé à la cheville.

Le tribunal a en effet estimé que le risque de voir les prévenus se soustraire à leur sanction était trop élevé. L'accusé qui a écopé de 12 ans de prison, de nationalité brésilienne, sera également expulsé de Suisse une fois sa peine purgée. Les trois autres participants à l'agression de Saint-Jean seront jugés par un tribunal pour mineurs. Ils risquent au maximum, pour les mêmes faits, quatre ans de prison.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus