Les agresseurs de St-Jean n'obtiennent pas de diminution de peine

La Chambre pénale d'appel et de révision a confirmé vendredi les peines de 15 ans et 12 ans ...
Les agresseurs de St-Jean n'obtiennent pas de diminution de peine

Les agresseurs de St-Jean n'obtiennent pas de diminution de peine

Photo: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

La Chambre pénale d'appel et de révision a confirmé vendredi les peines de 15 ans et 12 ans de prison infligées en première instance aux deux jeunes hommes qui avaient participé à une agression sauvage dans le quartier de Saint-Jean, à Genève, en 2017.

Les deux prévenus, âgés de 21 ans, venaient d'atteindre leur majorité au moment des faits. En pleine nuit, dans la rue, accompagnés de trois de leurs copains mineurs à l'époque, ils avaient frappé sans raison, au hasard, deux hommes. Ces derniers souffrent aujourd'hui de lourdes séquelles et sont handicapés à vie.

La Cour d'appel a retenu à l'encontre des accusés la tentative d'assassinat, comme le tribunal criminel l'avait fait en mars dernier. L'un des prévenus, considéré comme le meneur de la bande, avait frappé l'une des victimes avec une batte de baseball. Un coup au moins a été donné à la tête, ont estimé les juges.

Son complice, lui, a asséné des coups de pied au visage d'une des victimes, alors que celle-ci se trouvait à terre. Les deux malheureux avaient été laissés pour morts par leurs agresseurs, dans la rue, une froide nuit de janvier. La faute des deux prévenus est extrêmement lourde, a fait savoir la Chambre pénale d'appel.

Pas de mobile

Les accusés s'en sont pris à l'intégrité physique et à la vie de personnes 'de manière totalement gratuite', a souligné la Cour. Seule l'intervention de la police a fait cesser l'agression, la bande de jeunes ayant entendu les sirènes des voitures de patrouille qui convergeaient vers le lieu du drame.

Les deux accusés ont tenté de convaincre la Chambre pénale d'appel qu'ils n'avaient aucune intention homicide au moment des faits. Les juges ont rejeté cette version, estimant que frapper à la tête avec une batte de baseball et donner des coups de pied au visage d'une personne constituaient bien une tentative d'assassinat.

Le meneur écope ainsi de quinze ans de prison. Son complice, de son côté, a été condamné à douze ans de prison, puis à l'expulsion de Suisse pour cinq ans une fois sa peine accomplie. La Cour a estimé que le jeune homme, de nationalité brésilienne, n'est pas assez intégré à Genève pour pouvoir rester dans le pays.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus