Les coûts de la santé vont augmenter en 2015, selon santésuisse

Les primes de l'assurance-maladie de base devraient croître de 3 à 4%, en moyenne, en 2016 ...
Les coûts de la santé vont augmenter en 2015, selon santésuisse

Les coûts de la santé vont augmenter en 2015, selon santésuisse

Photo: Keystone

Les primes de l'assurance-maladie de base devraient croître de 3 à 4%, en moyenne, en 2016. Elles sont calculées sur la base des coûts de la santé de l'année en cours. Pour 2015, santésuisse anticipe une hausse de 3,5% de ces dépenses.

Une telle augmentation se situe dans la moyenne des 10 à 15 dernières années, soutient la FMH. Cette croissance s'explique essentiellement par la hausse des coûts des traitements ambulatoires et l'augmentation du nombre de médecins, a indiqué vendredi la principale association faîtière des assureurs maladie dans un communiqué.

Avec un volume de coûts de plus de 14 milliards de francs à la charge de l'assurance-maladie de base, le secteur ambulatoire, médecins et hôpitaux réunis, devrait enregistrer le plus fort accroissement, poursuit l'organisation.

Le recours à l'ambulatoire plutôt qu'aux soins stationnaires fait précisément partie de la stratégie du Conseil fédéral, explique l'association faîtière des médecins FMH. En outre, le vieillissement de la population, qui entraîne une hausse des maladies chroniques, augmente la demande en prestations de ce type.

Selon santésuisse, l'explosion du nombre des nouveaux cabinets médicaux en 2012 et au début 2013, avant le moratoire en vigueur depuis le 1er juillet 2013, est aussi en cause. A cette époque, beaucoup de spécialistes aux tarifs plus onéreux que les généralistes se sont installés à leur compte. Pour la FMH, il n'est pas prouvé que le moratoire a contribué à la baisse des coûts.

Doutes de la FMH

Les 'prestations médicales en l'absence du patient', utilisées entre autres pour l'étude du dossier médical, sont parmi les positions du tarif médical (Tarmed) les plus fréquemment comptabilisées. Radiologues, gastroentérologues, urologues et orthopédistes en font un usage massif, ajoute la faîtière des assureurs.

Quant à savoir s'ils abusent du système en surfacturant ce type de prestations, santésuisse ne s'avance pas. 'Nous ne pouvons pas le dire', explique à l'ats Verena Nold, directrice de l'association.

La FMH émet des doutes au sujet de l'analyse de santésuisse. 'Les prestations médicales en l'absence du patient font partie d'une des 4500 positions incluses dans la structure tarifaire du Tarmed', souligne Jürg Schlup, président de l'organisation.

En outre, les spécialistes, radiologues, gastroentérologues, orthopédistes et urologues, ne représentent que 3% de tous les médecins de Suisse. 'Qu'ils soient responsables de 140 millions de francs supplémentaires de par le seul recours à la prestation sans patient, nous ne pouvons pas l'attester en raison de nos chiffres', relève M. Schlup.

Pour 2016, santésuisse table sur une hausse d'environ 3% des coûts de la santé.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus