Les députés neuchâtelois bataillent sur le budget cantonal 2017

Le Grand Conseil neuchâtelois a repris mercredi l'examen du budget cantonal 2017, après avoir ...
Les députés neuchâtelois bataillent sur le budget cantonal 2017

Le Grand Conseil neuchâtelois a repris mercredi l'examen du budget cantonal 2017, après avoir voté douloureusement l'entrée en matière mardi soir. La droite et la gauche croisent le fer sur les mesures d'économies et les recettes fiscales.

Le budget, avec un déficit d'une cinquantaine de millions de francs, déroge largement aux mécanismes des freins financiers. Son vote nécessitera donc la majorité qualifiée des trois cinquièmes des députés.

Le ton des discussions s'est calmé comparé à la veille, mais une telle majorité restera difficile à réunir, étant donné les visions totalement opposées qui déchirent le plénum. La droite (majoritaire) juge nécessaires les mesures d'économies adoptées par la commission financière et l'UDC demande même davantage d'efforts. Et la droite souhaite alléger la fiscalité pour les particuliers.

Coupes combattues

La gauche estime au contraire que les efforts demandés sont excessifs, et en particulier que les coupes dans le domaine social pénalisent une population déjà fragilisée. Elle plaide pour une hausse des recettes fiscales.

Mercredi matin, le budget s'est tout de même un peu remodelé au fil du passage en revue des différents départements. Certes, la gauche a combattu en vain une série de mesures d'économies dans le domaine de la santé, perdant des votes serrés.

Mais le PLR a fait une concession au sujet du maintien à domicile, renonçant à y exiger 1,6 million d'économies au lieu des 600'000 francs proposés par le gouvernement. Ce montant aurait été excessif, d'autant que la planification médico-sociale est en retard, a argumenté le conseiller d'Etat Laurent Kurth. Et cela aurait fini par coûter plus cher à terme.

Hausses de taxes rejetées

Par contre, la droite a repoussé une série de propositions socialistes en matière de parafiscalité (notamment la taxe sur les véhicules automobiles et la redevance sur le commerce de détail des boissons alcoolisées). Celles-ci visaient à accroître les recettes de 6 millions de francs au total.

Le Conseil d'Etat a de son côté proposé de dissoudre une partie de la provision dédiée au futur assainissement des sites pollués, ce qui permet d'améliorer le budget de 4 millions de francs. Il projette de financer différemment cet assainissement. Sa manoeuvre a passé la rampe.

/ATS


Actualisé le