Les deux municipaux veveyans suspendus ne font pas recours

Les deux municipaux de Vevey (VD) Jérôme Christen et Michel Agnant ne recourent pas contre ...
Les deux municipaux veveyans suspendus ne font pas recours

Les deux municipaux veveysans suspendus ne font pas recours

Photo: KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

Les deux municipaux de Vevey (VD) Jérôme Christen et Michel Agnant ne recourent pas contre leur suspension décidée par le Conseil d'Etat même s'ils la contestent. Ils veulent que la procédure aille le plus vite possible dans l'intérêt de la ville.

Devant la presse, les deux élus accompagnés de leurs avocats ont réagi jeudi à la suspension annoncée la veille par le gouvernement vaudois. Ils se sont dits 'très surpris' par cette décision, alors qu'il n'y a pas d'informations nouvelles depuis les perquisitions et que la situation se calmait à Vevey.

Non à la procédure

Même si le Conseil d'Etat se trompe par exemple sur la prétendue gravité des perquisitions, les deux municipaux ne veulent pas déposer de recours au Tribunal cantonal et entamer ainsi de longues démarches procédurales. Ils font exactement le contraire de l'autre municipal Lionel Girardin, aussi suspendu, a souligné Me Pierre Chiffelle, avocat de Michel Agnant.

Les deux élus 'n'ont rien à cacher', ils souhaitent que la procédure pénale se déroule le plus rapidement possible. Ils collaboreront entièrement avec les autorités pénales, a ajouté Me Chiffelle, craignant toutefois que la décision du Conseil d'Etat 'ne mette le feu aux poudres' au lieu de ramener la sérénité.

Démocratie bafouée

'C'est dramatique pour la ville de Vevey', en matière d'image et pour les employés de l'administration, a déploré Jérôme Christen. En outre, la municipalité n'est plus représentative des résultats des élections d'il y a plus de deux ans, elle ne correspond plus aux choix de la population.

'La démocratie est bafouée', a dénoncé Michel Agnant. On écarte des personnes, mais ce n'est pas ce que les citoyens ont voulu. La décision du gouvernement est 'en défaveur de Vevey', selon lui.

Pas de démission

Tous deux excluent de démissionner, car seule une démission en bloc de tout le collège aurait un sens, ce que les autres refusent de faire. Ils seront rémunérés durant leur période de suspension, prévue jusqu'au 30 juin 2019.

Jérôme Christen a révélé par ailleurs deux informations. Vers Pâques, il a contacté Pierre-Yves Maillard à propos de la Fondation Apollo présidée par le socialiste Lionel Girardin. Le chef du Département de la santé et de l'action sociale a alors sollicité le Contrôle cantonal des finances (CCF).

Le municipal a aussi convaincu en septembre l'ancien conseiller aux Etats vert Luc Recordon de mener une médiation au sein de la municipalité. Selon Jérôme Christen, la syndique écologiste Elina Leimgruber y a mis fin après plusieurs séances.

Situation inédite

Vevey ne compte désormais plus que deux municipaux élus sur cinq. Jérôme Christen et Michel Agnant, membres de Vevey Libre, sont sous enquête pour violation du secret de fonction. Ils sont accusés d'avoir transmis des documents internes à la Commission en gestion.

En juin, le Conseil d'Etat a désigné l'ancien député Michel Renaud pour aider la municipalité après la suspension de Lionel Girardin. Le socialiste est poursuivi pour gestion déloyale et abus de confiance.

Projets 'en veilleuse'

Jérôme Christen et Michel Agnant n'ont pas caché leurs craintes pour certains projets de Vevey. Pas tant pour la Fête des vignerons, qui n'est pas organisée par la ville, mais d'autres échéances sont importantes: le vote du budget, refusé pour l'heure, la mise au point du Plan général d'affectation, la votation sur la place du marché. La réorganisation de la culture à Vevey est aussi 'complètement mise en veilleuse' pour le moment.

/ATS
 

Articles les plus lus