Les fonctionnaires valaisans sont heureux

Les employés de l'Etat du Valais sont globalement contents. Le cinquième sondage lancé par ...
Les fonctionnaires valaisans sont heureux

Les fonctionnaires valaisans sont heureux

Photo: Pierre Berclaz/ats

Les employés de l'Etat du Valais sont globalement contents. Le cinquième sondage lancé par l'Etat depuis 1998 montre la justesse des mesures prises même si certains points restent à améliorer.

Le taux de réponse est élevé avec 61,1%, même très élevé selon Richard Meyer, le psychologue du travail mandaté pour réaliser cette étude dont les résultats ont été présentés mardi. Il montre l'intérêt des employés pour ces questions. De surcroît, le profil des répondants est proportionnel à l'effectif du personnel.

En ce qui concerne le temps de travail, l'état de santé, la motivation ou le climat de travail, les répondants sont trois-quarts et plus à se dire plutôt ou tout à fait satisfait. Les perspectives de promotion obtiennent le moins bon score avec 51% des répondants pas ou peu satisfaits.

Améliorer l'information

Ce point noir va de pair avec la culture d'entreprise, peu satisfaisante pour 37% des sondés ou encore l'information qui recueille 25% d'appréciations négatives. Selon M. Meyer, les lacunes viennent peut-être de lacunes dans l'information quant aux possibilités de promotion et ne tiennent pas à l'absence de possibilités.

Les répondants sont 89% à dire aimer leur travail et 80% à être motivés. Ils sont aussi 83% à dire qu'ils opteraient à nouveau pour l'administration si le choix se présentait aujourd'hui. La charge de travail est en revanche considérée comme élevée pour 77% des employés et seuls 52% disent venir à bout de leur travail sans heures supplémentaires.

Chef du département des finances, Roberto Schmidt précise que la satisfaction et la motivation des employés est un objectif prioritaire de la politique du personnel. L'Etat s'efforce depuis plusieurs années d'améliorer la situation et continuera à le faire. Suite à ce sondage 2018, des efforts seront faits pour améliorer l'information sur les possibilités de mobilité interne et de carrière dans l'administration.

Salaires presque égaux

Dans la foulée de ce sondage, le canton a aussi mandaté un expert externe pour examiner l'égalité salariale entre hommes et femmes. Et le Valais s'en sort bien selon l'expert Iwan von Wartburg. Les femmes gagnent 2,5% de moins que les hommes, mais un seuil de tolérance de 5% est admis, a expliqué M. von Wartburg. Le modèle d'analyse standard n'exclut pas l'existence de salaires discriminatoires dans des cas individuels.

Le canton a aussi obtenu une recertification du label 'UND' octroyé aux employeurs qui favorisent la conciliation entre vie professionnelle et et non professionnelle. En introduisant des mesures comme la flexibilité du temps de travail, des possibilités de télétravail, des taux d'activité diversifiés, le partage de postes, le canton a voulu devenir un employeur plus attractif.

Après l'obtention du label 'UND' en 2014, le canton a demandé et obtenu quatre ans plus tard une nouvelle certification. Le Conseil d'Etat est satisfait de l'ensemble de ces résultats, a dit M. Schmidt, 'et on ne va pas se reposer sur nos lauriers'.

/ATS
 

Actualités suivantes