Les loups tuent de moins en moins de bêtes de rente

Contrairement à l'impression communément répandue, les loups tuent de moins en moins d'animaux ...
Les loups tuent de moins en moins de bêtes de rente

Contrairement à l'impression communément répandue, les loups tuent de moins en moins d'animaux de rente. Selon le Groupe Loup Suisse, la protection des troupeaux est efficace.

Cela fait 25 ans que des loups vivent à nouveau en Suisse. Depuis lors, leurs attaques contre le bétail ne cessent de faire les gros titres. Pourtant, le nombre de bêtes tuées en moyenne par loup est nettement moins élevé aujourd’hui que lors de la phase initiale du retour de l’espèce, écrit vendredi l'organisation de défense du canidé.

C’est ce que montre une analyse statistique réalisée sur la base des chiffres de la Confédération concernant les effectifs de loups et le bétail tué. Le fait que l’on n’observe pas une baisse significative du nombre total d’animaux de rente victimes du loup ces dernières années est simplement dû à la croissance de la population du prédateur.

En 1999, environ 150 bêtes de rente ont été tuées par des loups. Ce chiffre est passé à plus de 400 en 2019. Mais dans le même temps, la population de loups a bondi de moins de quelques rares spécimens à près de 80 individus. Le nombre de bêtes tuées pour un prédateur suit une courbe descendante claire, de près de 50 en 1999 à moins de 10 en 2019, selon les chiffres absolus.

Ainsi, la hausse globale du nombre de bêtes victimes de loups n’est pas due au fait que ces derniers s’en prendraient davantage au bétail, mais simplement à l’augmentation du nombre de loups. La croissance exponentielle actuelle de la population du canidé surcompense la diminution du nombre de bêtes tuées en moyenne par loup.

Les moutons sont les animaux de rente les plus menacés par les grands prédateurs (94% des proies). Ils sont suivis de très loin par les chèvres (5%) et par d’autres catégories de bétail telles que les cervidés d’élevage, les lamas, les alpagas, les bovins, les chevaux et les ânes (entre 0 et 5 animaux par an).

Tous les bovins tués étaient des veaux nouveau-nés, à part deux cas où il s’agissait d’animaux de quelques mois. Aucune vache adulte et aucun cheval en général n’ont jusqu’ici été la proie de loups en Suisse.

/ATS
 

Actualités suivantes