Les zoos et parcs s'arment contre la grippe aviaire

Les zoos et parcs de Suisse romande s'arment face à la grippe aviaire, conformément aux consignes ...
Les zoos et parcs s'arment contre la grippe aviaire

Les zoos et parcs s'arment contre la grippe aviaire

Photo: Keystone

Les zoos et parcs de Suisse romande s'arment face à la grippe aviaire, conformément aux consignes des autorités. Le changement d'habitat est une source de stress pour les volatiles. Mais par rapport à la pandémie de 2006, les exploitants ne se montrent pas inquiets.

Avec environ 200 animaux, dont une trentaine de canards et d'oies, une vingtaine de faisans, une douzaine de poules et une demi-douzaine de paons, le zoo de Servion (VD) est particulièrement concerné par les mesures de confinement pour prévenir la propagation de la grippe aviaire.

Canards, oies et paons vivaient en liberté jusqu'à l'apparition du virus sur territoire suisse. 'Nous avons dû les mettre dans un espace fermé, des volières d'environ 3 mètres de haut et au grillage très fin afin d'éviter tout contact avec des oiseaux de l'extérieur, comme les moineaux', explique à l'ats Roland Bulliard, directeur du zoo situé au nord-est de Lausanne.

Chaque volière contient un espace entièrement clos pour les mangeoires et abreuvoirs, des mesures pour l'instant suffisantes. Nous ne devons pas bâcher les cages, comme en 2006, souligne M.Bulliard. Mais chaque espèce possède son propre espace afin d'éviter les conflits. Les gallinacés doivent notamment être tenus séparés des palmipèdes, selon les directives fédérales.

Au zoo du Bois du Petit-Château, à La Chaux-de-Fonds (NE), vingt canards sauvages et quatre grands tétras ont été placés dans des volières bâchées. Contrairement aux espèces domestiques, ils ne sont pas habitués à être rentrés la nuit pour manger et boire, explique la responsable Yasmine Ponnampalam. Le confinement total est donc nécessaire.

Stress inévitable

Transférer des oiseaux habitués à vivre 'à l'air libre' dans des cages fermées n'est pas chose aisée. Le stress est inévitable, à commencer par la capture, évoque le directeur. Les animaux ont moins de liberté et doivent se partager un territoire, cela peut créer des tensions, ajoute-t-il.

Même son de cloche au Bois du Petit-Château: manipulation et changement d'environnement sont deux facteurs qui perturbent les bêtes, dit Mme Ponnampalam.

Plus les volatiles sont grands, plus le confinement pose problème. Mais les cages sont suffisamment spacieuses pour qu'ils puissent continuer à gambader et voler, assure le chef du zoo vaudois. Pour les faisans, la situation ne change guère, puisqu'ils occupaient déjà un espace fermé.

Bassin vidé

Les points d'eau constituent un autre problème: une mare a été couverte dans le parc chaux-de-fonnier et, au zoo de La Garenne, à Le Vaud (VD), un bassin de nage a été vidé et 'transvasé' dans un espace fermé. Avec une demi-douzaine de poules et canards de Poméranie ainsi que deux oies, le parc sis au pied du Jura est peu touché par les mesures de confinement.

Les poules vivent désormais exclusivement à l'intérieur, dans une petite ferme déjà existante. Rien de bien grave pour le volatile en cette saison: elles disposent d'un grand espace où il fait chaud et sec, affirme Michel Gauthier-Clerc, directeur de La Garenne.

A Servion, tous les animaux restent visibles du public. Roland Bulliard espère toutefois que les consignes seront levées d'ici janvier.

Marécottes épargnées

En Valais, le zoo des Marécottes, sis à près de 1100 mètres, est épargné par les mesures anti-grippe aviaire. Les oiseaux migrateurs font plutôt escale près des grands lacs en basse altitude, explique Thierry Piasenta, propriétaire du parc qui compte trois oies et trois hiboux grand duc.

Peu d'inquiétude chez les exploitants comme auprès du public. Tout a bien été géré et communiqué par les autorités et les médias, constate Michel Gauthier-Clerc. Il n'y a aucune panique, contrairement à 2006 quand le virus était transmissible à l'homme. A Servion et au Bois du Petit-Château, des panneaux d'information à l'attention du public sont tout de même prévus.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes