Liberté conditionnelle refusée au ravisseur du petit Kuvet

L'auteur principal de l'enlèvement du petit Kuvet en 2000 ne sera pas remis en liberté conditionnelle ...
Liberté conditionnelle refusée au ravisseur du petit Kuvet

Liberté conditionnelle refusée au ravisseur du petit Kuvet

Photo: KEYSTONE/CHRISTIAN BRUN

L'auteur principal de l'enlèvement du petit Kuvet en 2000 ne sera pas remis en liberté conditionnelle. Le Tribunal fédéral a confirmé une décision de la justice zurichoise. L'homme avait été condamné à 20 ans de détention en 2002.

Avec un autre ressortissant d'ex-Yougoslavie et trois complices, le condamné avait enlevé en mai 2000 un enfant de huit ans. Les ravisseurs avaient exigé de son père albanais, qui exploitait une agence de voyages, une rançon de 1,2 million de francs.

Le jeune garçon avait été libéré après quatre jours. Les ravisseurs avaient été arrêtés et la rançon récupérée. Il s'était avéré alors que l'auteur principal était un multirécidiviste de 39 ans, condamné notamment pour des brigandages qualifiés.

Risque modéré de récidive

Dans un jugement publié mercredi, le Tribunal fédéral relève que les conditions formelles d'une libération conditionnelle ne sont pas contestées. Dans son rapport, l'expert conclut cependant qu'un risque modéré de récidive subsiste 'toujours' pour la commission de délits contre la vie et l'intégrité corporelle.

Comme une expulsion à vie du territoire suisse a aussi été prononcée, il ne sera pas possible, en pratique, d'annuler la libération conditionnelle si le condamné devait mal se comporter en liberté, rappelle aussi le Tribunal fédéral. (arrêt 6B_208/2018 du 6 avril 2018)

/ATS
 

Actualités suivantes