Maintien des cours canins obligatoires à Zurich

Les citoyens de cinq cantons alémaniques étaient appelés aux urnes dimanche. Ils se sont prononcés ...
Maintien des cours canins obligatoires à Zurich

Maintien des cours canins obligatoires à Zurich

Photo: KEYSTONE/AP/DARKO BANDIC

Les citoyens de cinq cantons alémaniques étaient appelés aux urnes dimanche. Ils se sont prononcés sur des sujets aussi divers que les cours canins, les grands prédateurs et la répartition des coûts de l'aide sociale entre les communes.

ZH: les citoyens zurichois ont décidé de maintenir l'obligation des cours pour les propriétaires de chiens par 69,6% des votants. La majorité bourgeoise du parlement était favorable à l'abrogation. La gauche souhaitait le maintien des cours canins.

Le canton de Zurich dispose d'une des lois sur les chiens les plus sévères de Suisse avec notamment l'interdiction de certaines races réputées dangereuses.

Au niveau fédéral, l'obligation de suivre des cours a été abrogée le 1er janvier 2017. Après avoir supprimé les cours canins obligatoires, le Valais les a réintroduits en novembre 2017. La Landsgemeinde de Glaris s'est aussi prononcée en mai dernier pour l'obligation de suivre des cours pour les nouveaux propriétaires de chiens.

UR: les citoyens uranais ont approuvé l'initiative de la section cantonale de l'Union suisse des paysans 'pour la régulation des grands prédateurs' par 69,5% des votants. La constitution cantonale est complétée avec un article sur la protection, la limitation et la régulation des effectifs des grands prédateurs comme l'ours, le loup ou le lynx.

Le texte n'a qu'une portée symbolique. La partie de l'initiative exigeant l'interdiction d'introduire ou de mettre en liberté des grands prédateurs a été invalidée. La participation a atteint 33,6%.

BL: les citoyens de Bâle-Campagne ont accepté par 59,8% des votants un contre-projet du parlement à une initiative qui demande une nouvelle répartition des coûts de l'aide sociale entre les 86 communes du canton. Le contre-projet prévoit la création d'un fonds doté de 4 millions de francs en faveur des communes les plus touchées.

L'initiative, lancée par onze communes, a été refusée par 62% des votants. Elle exigeait la création d'un fonds de solidarité qui aurait bénéficié aux communes dont les taux des charges d'aide sociale atteint plus de 130% de la moyenne cantonale.

Les citoyens de Bâle-Campagne ont également accepté par 50,7% des voix (32'496 oui et 31'585 non) un projet de loi sur la taxation de la plus-value résultant de classements en zone à bâtir ou de changements d'affectation de terrains réalisés dans le cadre de mesures d'aménagement du territoire. Les cantons ont jusqu'à la fin de mois d'avril pour se conformer à la nouvelle loi fédérale, faute de quoi ils ne pourront plus créer de nouvelles zones à bâtir tant qu'ils n'auront pas fixé le taux d'imposition de la plus-value.

SG: les citoyens st-gallois ont accepté à près de 70% (75'565 oui contre 32'634 non) un crédit de 75 millions de francs pour développer la formation dans les technologies de l'information à tous les niveaux, des écoles primaires aux Hautes écoles spécialisées. Le crédit est étalé sur huit ans. La participation a atteint 34,7%.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus