Manifestations à Genève et en Suisse « pour le droit de rester »

Plus de 600 personnes ont défilé bruyamment samedi dans les rues de Genève à l'occasion de ...
Manifestations à Genève et en Suisse « pour le droit de rester »

Manifestations à Genève et en Suisse

Photo: Keystone

Plus de 600 personnes ont défilé bruyamment samedi dans les rues de Genève à l'occasion de la journée nationale 'pour le droit de rester'. Des rassemblements ont réuni des centaines de manifestants ailleurs en Suisse.

'Refugees are welcome here', scandait la foule à Genève, appelant à dénoncer la 'machine infernale' des accords de Dublin. 'Il y a une crise de l'accueil, pas une crise migratoire', a relevé Pablo Cruchon de SolidaritéS.

Cette journée d'action nationale était organisée par différents mouvements et associations de soutien aux migrants pour 'crier haut et fort' que les accords de Dublin doivent être dénoncés pour que chacun puisse choisir librement son pays d'accueil.

Les manifestants, dont une grande partie était des jeunes, se sont rassemblés à la Place Neuve sous un soleil printanier. Le cortège, mené par une banderole 'Welcome Everybody', s'est arrêté devant le consulat de France. Les orateurs ont critiqué la politique de la France par rapport à la jungle de Calais. 'La France expulse, tabasse et assassine', ont scandé les manifestants.

'No Bunkers'

Autre sujet de mécontentement: l'hébergement des réfugiés dans les bunkers. 'Il est inhumain d'accueillir des êtres humains dans ces conditions', a souligné M.Cruchon. Il a dénoncé le manque de volonté politique du Conseil d'Etat, en particulier de Mauro Poggia, pour trouver d'autres solutions.

Pierre Maudet en a aussi pris pour son grade et a été sifflé à plusieurs reprises. Le récent renvoi d'un père de famille érythréen, alors que sa femme enceinte et ses enfants sont restés à Genève, était critiqué sur de nombreuses pancartes. Le conseiller d'Etat avait justifié cette décision par le respect des procédures.

'Requérants ballottés'

A Zurich, des centaines de personnes ont manifesté leur solidarité avec les réfugiés au Hallenstadion. Ils ont aussi plaidé pour des frontières ouvertes. Des Romands avaient pris le train pour rejoindre la manifestation. Elle se tenait dans le cadre d'une journée internationale d'action contre le racisme et le fascisme.

Les requérants d'asile n'ont pas à être ballottés à travers l'Europe en raison de l'accord de Dublin, s'insurge l'association Solidarité sans frontières, basée à Berne. Elle demande à la Suisse de prendre ses responsabilités et 'd'accepter d’accueillir directement' les réfugiés venant de régions en crise.

Nous refusons d’ignorer l’évidente crise humanitaire sur les routes migratoires, écrit Solidarité sans frontières dans un communiqué. 'Une assistance immédiate doit être fournie dans les régions comme la frontière gréco-macédonienne'.

A Lucerne, un rassemblement s'est tenu sous le slogan 'No Bunkers'. Des dizaines de manifestants ont manifesté leur opposition à ce mode d'hébergement. D'autres actions étaient organisées à Lausanne, Neuchâtel et Bâle.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus