Mauro Poggia dévoile des « pistes » pour les ex-occupants du Grütli

Le conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia propose à la cinquantaine d'ex-occupants de la Maison ...
Mauro Poggia dévoile des « pistes » pour les ex-occupants du Grütli

Mauro Poggia dévoile des

Photo: Keystone

Le conseiller d'Etat genevois Mauro Poggia propose à la cinquantaine d'ex-occupants de la Maison des arts du Grütli de gagner pour 'trois ou quatre mois' des abris PC. Il leur promet toutefois dans Le Matin Dimanche une véritable solution d'ici la fin de l'année.

Le collectif 'No Bunkers', qui regroupe entre 120 et 150 personnes dont une centaine de migrants, a occupé le Grütli au début de l'été en dénonçant l'utilisation par les autorités, en raison d'un manque de place, d'abris souterrains pour loger des requérants d'asile déboutés. Le collectif s'est ensuite déplacé à la salle du Faubourg, mise à disposition par la Ville de Genève jusqu'au 15 août.

'L'alternative, ce sont les abris PC, le temps que les autres solutions en cours de réalisation soient effectives', martèle M. Poggia, qui dit fortement douter de la possibilité de reloger autrement dans l'immédiat les membres du collectif. Et 'si tout va bien et sauf arrivées massives de réfugiés, on devrait pouvoir renoncer aux abris PC d'ici à la fin de 2016', assure-t-il.

Emergence de pistes

Le conseiller d'Etat évoque une quinzaine de 'pistes' dont deux privilégiées, parmi lesquelles l'une serait une idée de 'No Bunkers'. La première 'concerne une trentaine de logements détenus par des fondations immobilières de droit public', qui 'seront mis à disposition des requérants au plus tard d'ici la fin de l'année, si des travaux de mise aux normes sont nécessaires', affirme-t-il.

Quant à la seconde, elle a trait à des bureaux appartenants à l'Etat, actuellement occupés par une organisation internationale. Ils 'seront transformés en logements'. Selon M. Poggia, quelque 250 requérants pourront ainsi intégrer ces deux lieux, 'au moins provisoirement, le temps que l'on construise ailleurs'.

Le chef du département genevois de l'emploi, des affaires sociales et de la santé (DEAS) annonce par ailleurs une nouvelle réunion avec le collectif 'No Bunkers' mardi.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus