Obsan: le suicide des jeunes en chute libre

Le taux de suicide des jeunes jusqu'à 25 ans a diminué de plus de moitié en 30 ans, selon l'Observatoire ...
Obsan: le suicide des jeunes en chute libre

Obsan: le suicide des jeunes en chute libre

Photo: Keystone/ALESSANDRO DELLA VALLE

Le taux de suicide des jeunes jusqu'à 25 ans a diminué de plus de moitié en 30 ans, selon l'Observatoire suisse de la santé (Obsan). Mais il reste la première cause de mortalité chez les ados de plus de 16 ans.

Neuf jeunes sur dix en Suisse, de 0 à 25 ans, se sentent en bonne santé, selon le rapport national sur la santé 2020 publié jeudi par l'Obsan. Un enfant sur cinq présente toutefois soit un risque de santé chronique tel que l'obésité - qui a diminué légèrement chez les jeunes enfants -, soit vit avec une maladie chronique ou un handicap.

Dans certains domaines, les jeunes semblent plus sages que leurs aînés. La part des plus de 15 ans qui admettent avoir fait des excès ponctuels d'alcool au moins une fois par mois a diminué: un tiers en 2010, ils n'étaient pas plus d'un quart en 2018. La proportion des jeunes de 11 à 15 ans qui fument des cigarettes au moins une fois par mois ne cesse de chuter depuis 2002.

Moins d'accidents de la route

Les accidents de la route ont également diminué. Toutefois, les accidents représentent l’une des causes les plus fréquentes de décès pendant l’enfance et l’adolescence. Par exemple, avant l’âge de 14 ans, autant d’enfants meurent des suites d’un accident que d’un cancer.

Ainsi, une centaine d'enfants, d'adolescents et de jeunes adultes par an meurent chaque année des suites d'accidents pour un million d'habitants, souligne le rapport.

Plus d'avortements pour trisomie

Concernant la trisomie 21, l’anomalie chromosomique la plus fréquente et la cause la plus répandue de retard mental chez l’être humain, la Suisse dénombre environ 90 enfants qui en sont atteints sur 100'000 naissances vivantes. Le nombre d’interruptions de grossesse consécutives à un diagnostic de trisomie 21 a lui nettement augmenté entre 1997 et 2016.

Les chercheurs rappellent que la santé d'un individu s'enracine dans l'enfance et pendant la grossesse de la mère. Ils appellent ainsi les politiques à prendre soin des populations précarisées, comme les migrants.

Le but de ce rapport, qui s’adresse également au grand public, est de fournir aux responsables politiques des données solides qui les aideront à planifier des politiques de promotion de la santé, de prévention et de soins efficaces.

Les chercheurs, qui ont compilé des études disponibles jusqu’au milieu de 2019, relèvent un manque de données dans certains secteurs, comme celui de l'impact des écrans sur la santé. Le rapport national sur la santé, qui sort tous les cinq ans, traitait pour la première fois de la santé des enfants.

https://www.obsan.admin.ch/fr/publications/la-sante-en-suisse-enfants-adolescents-et-jeunes-adultes

/ATS
 

Actualités suivantes