Onze idées de jeunes portées par des parlementaires fédéraux

Pour encourager la participation des jeunes à la politique, le projet 'Change la Suisse' a ...
Onze idées de jeunes portées par des parlementaires fédéraux

Onze idées de jeunes portées par des parlementaires fédéraux

Photo: Keystone

Pour encourager la participation des jeunes à la politique, le projet 'Change la Suisse' a récolté plus de 700 idées des 14-25 ans, dont onze seront reprises par des parlementaires fédéraux. On y trouve la conduite dès 16 ans ou le prix des transports publics.

La première édition de cette nouvelle campagne participative a donné lieu à une foison d'idées venant des quatre coins du pays, relève lundi la Fédération suisse des parlements des jeunes (FSPJ). Du 20 février au 25 mars, les jeunes ont pu déposer leurs souhaits sur la plateforme www.engage.ch.

Les onze plus jeunes conseillers nationaux ou conseillers aux Etats ont choisi chacun une des idées présentées pour les intégrer dans leurs interventions sous la Coupole fédérale. Mathias Reynard (PS/VS) a par exemple repris la proposition d'un échange linguistique obligatoire dans les trois régions de Suisse.

Philippe Nantermod (PLR/VS) se fera l'ambassadeur d'un projet qui souhaite introduire en Suisse la conduite accompagnée dès 16 ans. Lisa Mazzone (Verts/GE) a porté son choix sur la réintroduction du dimanche sans voiture.

Idées originales

Les propositions reflètent en général les soucis des jeunes comme le passage de l'école à l'apprentissage, ou les coûts de la vie, en particulier des transports publics. Mais beaucoup sont non conventionnelles comme l'idée reprise par Rebecca Ruiz (PS/VD) d'une meilleure protection des enfants intersexués.

Jeunes et parlementaires ont eu l'occasion lundi d'échanger sur les résultats de cette première campagne nationale. L'opération sera reconduite chaque année, précise la FSPJ. La plateforme de participation des jeunes peut être utilisée tout au long de l'année. Grâce à la collaboration avec différentes communes, elle est également disponible au niveau local.

Un potentiel à soigner

Selon le monitoring politique d'easyvote, publié à la mi-mars, la moitié des sondés s'intéressent à la politique suisse. En outre 44% des étudiants questionnés aimeraient avoir plus de possibilités pour agir à l'échelon national. Le projet 'Change la Suisse' a ainsi pour vocation de répondre au souhait des jeunes désireux de faire entendre leur voix.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus