Non à la suppression du français à l'école primaire à Nidwald

Le français continuera à être enseigné à l'école primaire dans le canton de Nidwald. Les citoyens ...
Non à la suppression du français à l'école primaire à Nidwald

Non à la suppression du français à l'école primaire à Nidwald

Photo: Keystone

Le français continuera à être enseigné à l'école primaire dans le canton de Nidwald. Les citoyens ont clairement refusé dimanche une initiative de l'UDC exigeant l'enseignement d'une seule langue étrangère à l'école primaire. Le vote est salué en Suisse romande comme par la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l'instruction publique.

L'initiative a été rejetée par 61,72 % des votants (9165 voix contre 5684). La participation a atteint 50,17 %. Pour l'UDC de Nidwald, les écoliers sont dépassés par l'apprentissage de deux langues étrangères à l'école primaire. Le parti est d'avis qu'il faut plutôt renforcer l'allemand et les mathématiques.

Le gouvernement nidwaldien avait apporté son soutien à l'initiative. L'exécutif proposait de repousser l'enseignement du français à la 7e année et d'augmenter le nombre d'heures d'enseignement de la langue de Molière.

Isolement

Le parlement nidwaldien avait par contre recommandé de rejeter l'initiative de l'UDC. Selon le législatif, supprimer le français à l'école primaire aurait isolé Nidwald par rapport à ses voisins qui suivent le modèle 3/5 (anglais dès la 3e année et français dès la 5e).

Les opposants à l'initiative estiment qu'un oui aurait pu contribuer à affaiblir la cohésion nationale. L'UDC nidwaldienne a réfuté cet argument: pour renforcer la cohésion, il faudrait miser sur l'enseignement de l'histoire. Le vote nidwaldien intervient alors que le débat est lancé depuis plusieurs années en Suisse alémanique sur l'enseignement du français à l'école primaire.

Soutien du peuple

'La clarté du score est impressionnante', a dit à l'ats la conseillère d'Etat vaudoise Anne-Catherine Lyon, présidente de la Conférence intercantonale de l'instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP). Elle a aussi relevé que chaque fois que le peuple, comme à Zurich, et maintenant à Nidwald, a dû se prononcer sur l'enseignement du français en primaire, il a toujours dit oui.

Plusieurs jeunes politiciens ont aussi salué le vote des Nidwaldiens via twitter. 'Nidwald fait un choix très suisse: celui du respect des minorités. Et quelle gifle pour l'UDC', écrit le conseiller national Jean Christophe Schwaab (PS/VD).

De surcroît, la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l'instruction publique (CDIP) souligne que Nidwald a réaffirmé son soutien à la solution adoptée par les cantons il y a dix ans pour l'enseignement des langues. Quant à Nidwald, il relève que l’enseignement des langues continuera de s'appuyer sur la stratégie de la CDIP.

Logement pour tous: non à BS

Toujours au niveau des votations cantonales, les citoyens de Bâle-Ville ont de leur côté refusé avec 58% des voix l'initiative du PS 'Logement pour tous'. Elle exigeait la création d'une fondation dont le but aurait été d'acheter des bâtiments et des terrains pour mettre à disposition de la population des logements, des locaux commerciaux et culturels à des prix abordables.

L'initiative a été rejetée par 26'537 voix contre 19'221. La participation a atteint 43,95 %. La fondation aurait disposé de 50 millions de francs. Une telle institution existe à Zurich depuis 1990. Les citoyens zurichois ont accepté la création d'une deuxième en 2013.

Non à Schaffhouse et en Argovie

Les Schaffhousois ont eux refusé clairement une taxe qui aurait alimenté un fonds de soutien aux énergies renouvelables. Elle avait pour objectif de réduire la dépendance du canton envers l'énergie nucléaire. Le paquet de mesures a été refusé par 58,1 % des votants (16'883 non contre 12'197 oui). La participation a atteint 64,4 %.

Les citoyens argoviens ont pour leur part refusé de faire pour 17 millions de francs d'économies annuelles dès 2017. Ils ont en effet rejeté la loi d'application d'une analyse des prestations cantonales qui contenait 15 mesures d'économies. La loi d'application a été refusée par 55,85% des votants (84'057 voix contre 66'444). La participation a atteint 39,1%.

Les Argoviens ont aussi refusé par 64,5% des votants (102'294 voix contre 56'302) une initiative du PS, des Verts, des Vert'libéraux, du PDC, du PEV et des DS exigeant l'interdiction générale des feux d'artifice privés sur le territoire cantonal.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus