Pas de règles en Suisse pour traiter le retour des djihadistes

Il manque en Suisse un cadre général pour traiter le retour de personnes suspectées d'avoir ...
Pas de règles en Suisse pour traiter le retour des djihadistes

Pas de règles en Suisse pour traiter le retour des djihadistes

Photo: Keystone

Il manque en Suisse un cadre général pour traiter le retour de personnes suspectées d'avoir fait le djihad, s'inquiète le délégué de la Confédération et des cantons du Réseau national de sécurité. Un djihadiste présumé 'ne peut être laissé seul et livré à lui-même'.

'Un encadrement ou l'astreinte à des règles de conduite spécifiques est absolument indispensable', déclare André Duvillard dans un entretien diffusé lundi par Le Temps. Il faut 'limiter au maximum le risque de passage à l'acte', ajoute-t-il.

Le délégué du Réseau national de sécurité concède que la Suisse a du retard dans le domaine. Mais 'nous y travaillons dans le cadre de l'élaboration d'un plan d'action national contre la radicalisation', poursuit-il.

Mesures sécuritaires et socio-éducatives

M. Duvillard préconise une approche pluridisciplinaire, mêlant des mesures sécuritaires, comme la surveillance, et des mesures socio-éducatives. Ce dernier volet doit s'inscrire 'dans une perspective de réhabilitation et de prévention', explique-t-il.

'L'approche 'hard security' ne peut être la seule', précise-t-il, car 'elle engendre des coûts et nécessite des moyens que nous n'avons pas forcément'.

Selon les chiffres du Service de renseignement de la Confédération (SRC), depuis 2001, quelque 77 personnes ont quitté la Suisse pour des motifs liés au djihad. A la fin juillet, treize personnes étaient retournées en Suisse, dont dix cas étaient confirmés.

Plusieurs djihadistes présumés ont été arrêtés ces derniers temps à leur retour en Suisse. Ils sont soupçonnés de liens avec une organisation terroriste et certains d'entre eux se trouvent actuellement en détention préventive.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes