Patrick de Preux acquitté, gestionnaire de fortune condamné

Après des années de procédure, le Tribunal d'arrondissement de Lausanne a acquitté vendredi ...
Patrick de Preux acquitté, gestionnaire de fortune condamné

Patrick de Preux acquitté, gestionnaire de fortune condamné

Photo: Keystone

Après des années de procédure, le Tribunal d'arrondissement de Lausanne a acquitté vendredi le notaire Patrick de Preux prévenu dans une affaire de captation d'héritage. Il a en revanche condamné le 'cupide' gestionnaire de fortune.

Visiblement ému à l'annonce du verdict, Patrick de Preux s'est dit 'très satisfait. J'ai énormément souffert de cette procédure. C'est pas très facile quand on voit son nom étendu dans les journaux, surtout quand on est notaire'.

Très dur à vivre

'J'ai pratiqué mon métier depuis 30 ans en appliquant strictement les règles. C'est dur de se faire vilipender par certains journaux. C'est très dur à vivre', a confié le patron du Lausanne Hockey Club (LHC) et ancien député libéral.

Le jugement suit entièrement le réquisitoire du procureur qui avait abandonné les charges contre Patrick de Preux (participation à escroquerie et faux dans les titres). Comme notaire, il a établi en 2004 un testament attribuant la fortune d'une dame âgée à une fondation visant des buts caritatifs, ce qui avait entraîné des plaintes de membres de la famille.

Pas de signe manifeste

Un des enjeux centraux du procès consistait à établir si cette femme disposait alors de sa capacité de discernement. Son médecin a établi un diagnostic de troubles cognitifs aggravés en 2004. Patrick de Preux a pour sa part affirmé que 'rien' ne l'avait alerté lors des deux rencontres avec cette personne.

A coups d'expertises et de contre-expertises post-mortem, personne n'a été en mesure de déterminer finalement l'état de santé réel de cette femme à l'époque. 'Il est impossible d'être catégorique', a déclaré le président, laissant le prévenu au bénéfice du doute.

Culpabilité très lourde

L'autre coaccusé du procès n'échappe pas en revanche à une condamnation pour gestion déloyale aggravée et faux dans les titres. Agé de 74 ans, malade, le gestionnaire de fortune écope d'un an de prison avec sursis pendant 5 ans et d'une peine pécuniaire de 180 jours-amende à 150 francs le jour.

'Votre culpabilité est très lourde', a déclaré le président de la Cour Pierre Bruttin. 'Arrogant, hautain', mû par un esprit cupide, le gestionnaire 's'est assis sur les exigences de son métier, méprisant toutes les lois', montrant toute 'sa désinvolture à l'égard des autorités tutélaires'.

'Ce n'est que l'âge, la maladie et la convention civile signée entre toutes les parties qui vous permet d'échapper à l'emprisonnement', a souligné le président. Entamé en juin, le procès avait été suspendu jusqu'à mercredi.

Pas perdu de client

Fin juillet, une convention 'à satisfaction de tous' a été signée. Elle fait des plaignants les seuls héritiers des millions de francs encore disponibles, à la grande satisfaction de leur avocat Philippe Reymond.

Le gestionnaire de fortune a pesté contre ce jugement. 'Ca fait sourire de recevoir pendant 9 ans des leçons de la part de gens qui ne sont pas du métier', a-t-il lancé. Malgré ça, 'nous n'avons pas perdu un seul client', s'est-il félicité, en référence à sa société financière transmise depuis lors à sa descendance.

/ATS
 

Actualités suivantes