Petra Gössi tire le bilan: le PLR a retrouvé la culture du débat

La présidente sortante du PLR Petra Gössi a tiré le bilan samedi lors de l'assemblée des délégués ...
Petra Gössi tire le bilan: le PLR a retrouvé la culture du débat

Petra Gössi tire le bilan: le PLR a retrouvé la culture du débat

Photo: Screenshot von Online-Übertragung

Devant les délégués réunis à Martigny, la présidente du PLR Petra Gössi s'est félicitée de la nouvelle ligne du parti, proche de la population et qui s'engage dans tous les domaines. Le PLR a sinon recommandé le oui au mariage pour tous et le non à l'initiative 99%.

C'était la première assemblée des délégués PLR en présentiel depuis plus d'un an. L'occasion pour Petra Gössi qui a annoncé le 14 juin son retrait de la présidence d'ici la fin de l'année de tirer un premier bilan. 'Nous avons retrouvé la culture du débat et sommes redevenus un parti populaire', s'est-elle félicitée.

Elle a plaidé pour continuer d'élargir la discussion à d'autres thèmes que les questions économiques et fiscales. 'Cette focalisation ne nous a pas rendus plus forts ces vingt dernières années, bien au contraire. Elle a renforcé l'UDC et le PVL à nos dépens.'

La Schwyzoise a souligné l'importance de consulter la base. L'enquête sur la 'Stratégie pour les générations futures' à laquelle plus de 13'000 membres ont participé en est la preuve. Tout comme celle sur l'environnement et le climat.

Confronter les idées

Pour la Schwyzoise, il faut confronter nos idées pour chercher les meilleures réponses aux questions politiques. Trois thèmes lui paraissent prioritaires: la relation avec l'UE, la politique sociale et la prévoyance vieillesse ainsi que la reprise économique après la crise du Covid.

La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter, présente dans la cité d'Octodure, est aussi revenue sur les gros dossiers du moment. Sur l'UE, elle a répété que les relations demeuraient bonnes: lorsqu'on parle de questions concrètes avec les ministres européens, comme sur Schengen-Dublin, la collaboration fonctionne très bien, a souligné la cheffe du Département fédéral de justice et police.

Sur la crise du Covid, Karin Keller-Sutter estime important qu'en cas de crise, il y ait 'un Etat fort capable de gérer une crise'. Maintenant, il faut revenir en arrière, sortir du régime où l'Etat contrôle tout et soigner les vertus libérales.

Votations du 26 septembre

Les délégués ont également décidé des mots d'ordre pour les votations fédérales du 26 septembre. Par 211 voix contre 21 et 21 abstentions, ils recommandent le oui au 'Mariage pour tous'. La modification du code civil permet aux couples de même sexe de se marier et aux couples de lesbiennes d'accéder au don de sperme.

L'Etat doit traiter toute personne de manière égale devant la loi, a souligné Karin Keller-Sutter. Il n'a pas à juger de l'orientation sexuelle de ses citoyens.

Une minorité a voté contre ou s'est abstenue, suivant les arguments de Jean-Luc Addor (UDC/VS), invité à s'exprimer pour le camp des référendaires. Pour l'UDC valaisan, remettre en cause le mariage, principe fondateur de la famille, est une véritable révolution. C'est toucher au fondement chrétien de notre civilisation et à l'ordre naturel.

Le PLR a par contre rejeté à la quasi-unanimité l'initiative '99%' des Jeunes socialistes. Le texte demande que les revenus du capital, tels que les intérêts, les loyers ou les dividendes qui dépassent un montant déterminé par la loi soient imposés à un taux 1,5 fois plus élevé que les revenus du travail salarié.

Cette initiative est une duperie, selon le chef du groupe parlementaire Beat Walti (ZH). Elle fait croire que seulement 1% de la population est concernée, alors qu'elle touche directement ou indirectement beaucoup de milieux comme les PME, les entreprises familiales, les start-up ou les exploitants agricoles. Selon lui, le capital est déjà suffisamment taxé en Suisse.

Les retraites

Les délégués ont également discuté de la prévoyance vieillesse et de la politique de santé. Parmi leurs revendications figurent le relèvement de l'âge de la retraite ou le libre choix de la caisse de pension. Les Jeunes PLR sont sur le point de déposer leur initiative sur les rentes qui vise à relever l'âge de la retraite à 66 ans puis à le lier à l’espérance de vie.

A quelques mois de son départ, la présidente a enfin remercié les membres pour leurs années de fidélité et de soutien. 'Cela a été et est toujours un privilège d'être votre présidente', a-t-elle déclaré dans son discours tenu en partie en français. Petra Gössi, âgée de 45 ans, veut retourner à sa carrière professionnelle. La Schwytzoise est juriste au sein d'une entreprise de gestion de fortune et de conseil. Son successeur sera élu le 2 octobre.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus