Placement en institution pour l'agresseur d'une infirmière

L'homme de 20 ans qui avait poignardé une infirmière de l'hôpital psychiatrique de Belle-Idée ...
Placement en institution pour l'agresseur d'une infirmière

Placement en institution pour l'agresseur d'une infirmière

Photo: Keystone

L'homme de 20 ans qui avait poignardé une infirmière de l'hôpital psychiatrique de Belle-Idée en avril 2016 a été condamné, mardi, à 4 ans de prison par le Tribunal correctionnel de Genève. Cette peine est cependant suspendue au profit d'un traitement en institution.

Les juges ont suivi les réquisitions de la procureure Sophie Varga Lang. Le tribunal a rappelé à l'accusé la lourdeur de sa faute. Avant de s'attaquer à l'infirmière pour passer sa colère et sa frustration, le prévenu avait projeté de tuer avec un couteau de cuisine un patient avec lequel il avait eu une altercation.

'Vous avez voulu prendre la vie de deux personnes pour un mobile futile', a souligné à l'adresse de l'accusé la présidente du tribunal Catherine Gavin. Or le prévenu avait à tout moment le loisir de mettre fin à ses envies meurtrières. Son parcours de vie, pas toujours facile, ne justifie pas les actes qu'il a perpétrés.

Le tribunal a suivi les experts psychiatres et a retenu à décharge du prévenu une responsabilité moyennement restreinte. Il a également souligné sa bonne collaboration à la procédure. Le choix de l'endroit où l'accusé suivra son traitement est laissé au Service de l'application des peines et des mesures (SAPEM).

Actuellement, le prévenu se trouve à Curabilis. 'Nous devrons nous assurer que vous avez fait les progrès nécessaires avant de vous changer de lieu de traitement', a toutefois précisé Mme Gavin.

Tentative d'assassinat écartée

Les juges n'ont pas retenu l'élément aggravant de l'assassinat dans les faits commis par l'accusé, s'écartant ainsi d'une partie de l'acte d'accusation et d'une requête de l'avocat de la victime. 'La faute est lourde mais pas particulièrement odieuse', a souligné le tribunal dans son jugement.

Le prévenu est originaire d'Inde. Il est de très petite taille et fluet. Lors de son procès, il a confirmé avoir des problèmes relationnels avec les femmes. 'Je suis incapable de comprendre la façon de les séduire', a-t-il déclaré. Il a aussi dit regretter d'avoir agressé l'infirmière, qui ne lui avait rien fait.

La victime a reçu deux coups de couteau à la hauteur de l'omoplate. La jeune femme n'a dû son salut qu'a l'intervention d'un de ses collègues.

/ATS